Il y a une semaine, un porte-conteneur libérien, le Rena, s’est échoué sur le récif Astrobale situé sur l’île Nord de la Nouvelle-Zélande.

Ce sont 1700 tonnes de pétrole qui pourraient être déversées dans la baie de Plenty et toucher les côtes néo-zélandaises.

Pour le moment, ce sont 350 tonnes de fioul qui se sont échappées du bateau et répandues dans l’océan, créant une nappe de 5km de long, menaçant le havre de paix que constitue la baie pour de nombreuses espèces maritimes telles que les oiseaux, les baleines, les dauphins, les phoques et autres pingouins.

Cette marée noire qui s’intensifie en raison du mauvais temps, est, selon le ministre néo-zélandais de l’environnement Nick Smith "la catastrophe écologique maritime la plus grave qu’ait connue la Nouvelle-Zélande depuis des décennies" .

Les conséquences négatives de cette marée noire ne touchent pas que la faune et la flore locales mais également tout le secteur économique de la pêche et du tourisme

Des agents dissolvants ont, dans un premier temps, été largués sur la nappe afin de tenter de la dissiper mais en vain. Des opérations de pompage du fioul dans les cales du navire et une tentative d’enlever les conteneurs via un navire grutier sont en cours mais ont du être interrompus en raison des mauvaises conditions climatiques.

Le nettoyage des plages souillées a déjà commencé et n’est pas prêt d’être terminé.

En plus du pétrole, d’autres produits toxiques sont transportés dans certains des containers, comme le ferrosillicium. S’ils se déversent, eux aussi, dans l’océan, cela aggravera fortement la situation déjà critique.

Le Premier ministre néo-zélandais John Key a annoncé l’ouverture d’une enquête pour établir les causes du naufrage du Rena, craignant qu’il s’agisse d’un navire poubelle!

Aujourd'hui le capitaine du cargo a été arrêté pour navigation dangereuse par les autorités néo-zélandaises. Il encourt un minimum de 10.000 dollars néo-zélandais (5.700 euros) d'amende et un maximum d'un an de prison.