Je pense avoir envoyé un élève dans un cul-de-sac spatio-temporel, des faits troublants en seraient la preuve.

En début d'année scolaire, quand je découvre mes nouveaux élèves, je ne rejette pas la possibilité que dans quelques années, l'un d'entre eux réussisse un voyage temporel. Je demande alors aux élèves de prendre un papier, un bic et de noter méticuleusement la date et l'heure au moment où je leur ai demandé d'écrire et d'y rajouter 5 minutes. Je leur demande aussi de noter le lieu où cela a été écrit c'est-à-dire, mon local de biologie. Je dis ensuite aux élèves « gardez précieusement ce papier avec vous pour ne pas oublier cette date et ce lieu, car, si l'un d'entre vous arrivait dans le futur à voyager dans le temps, j'aimerais qu'il vienne me rendre visite dans 5 minutes, à l'entrée de ce local ». Je me poste devant l'entrée de mon local, sous les regards amusés de mes nouveaux élèves... Certains d'entre eux se demandent quelle excentricité me prend (ils ne se doutent pas que c'est le début d'une longue série) alors que d'autres, comme moi, sont curieux du résultat.

Figurez-vous ce qui est arrivé une fois :

Rien. Jamais personne ne s'est présenté à la porte de mon local à l'heure et à la date prévue. Sauf M. Éric, l'éducateur qui est venu relever les présences pile-poil à l'heure où on attendait notre voyageur temporel. M. Éric s'est amusé de ce fou rire général sans en comprendre l'origine...

Une erreur de précision dans les coordonnées géographiques

Ce n'est que l'année passée que je me suis rendu compte d'une erreur dans la réalisation de cet exercice, quand je donne l'instruction de noter comme donnée géographique « devant le local de M. Leeuwerck à l'époque où j'étais élève » ; ce n'est pas précis ! J'ai sûrement envoyé un futur ancien élève au mauvais endroit... Je rectifie mon erreur : l'entrée de mon local de biologie se trouve précisément aux coordonnées suivantes : 1°57'04.68'' Sud et 30°03'35.31'' ; élévation de 1556 m. Voilà. Bon, en fait, je viens de donner un endroit précis sur la surface de la Terre, mais ce point bouge dans l'espace, vu que la Terre tourne et qu'il y a aussi des mouvements sismiques et j'oublie sûrement d'autres facteurs... Mais je suppose que si une machine à remonter dans le temps est conçue, elle le sera avec un logiciel qui tiendra compte de ces mouvements de la surface de la Terre pour nous ramener précisément au point de l'espace où se trouvait la coordonnée terrestre à la date désirée.

Local de bio l'École Belge de Kigali, objet de particularités spatio-temporelles ; Crédits Eric Leeuwerck

C'est une bière qui révèle qu'un de mes élèves est un voyageur temporel

En réfléchissant un peu plus, coordonnées géographiques correctes ou pas, la question est quand même « si on n'a jamais rencontré de touristes temporels, cela veut-il dire que le voyage dans le temps est impossible ? » La réponse se trouve dans le paradoxe suivant : si je trouve le moyen de voyager dans le temps et que je tue mon père ou ma mère ou les deux, avant ma naissance, qu'adviendra-t-il de moi (Ou si je tue mon grand-père, car en fait, le paradoxe est dit « du grand-père ») ? Je n'existerais plus... Mais comment alors aurais-je pu voyager dans le temps pour tuer mes parents ? La solution à ce paradoxe repose sur l'hypothèse que si je voyage dans le passé et que je modifie ce passé (je tue mes vieux), je crée de nouvelles dimensions spatio-temporelles parallèles qui vont évoluer chacune vers un nouveau futur. Reprenons l'exemple du parricide ; en tuant mes parents, je crée une dimension dans laquelle je n'existerai pas, qui évoluera en parallèle à une dimension où mes parents non tués par leur psychopathe de fils, auront un fils (moi), qui reviendra les tuer dans un autre passé que celui où mes parents seront mes parents.

Donc voilà... Voyager dans le passé change les paramètres futurs et donc créent des dimensions parallèles.

Ce qui nous amène à la semaine passée : transi d'effroi, je décide d'arrêter d'inciter les élèves à voyager dans le temps... Pourquoi ? Parce que, la semaine passée, je me rends compte que j'ai peut-être envoyé un élève dans une dimension parallèle, je suis probablement tombé sur la preuve qu'un de mes élèves réussira à voyager dans le temps et que ça lui a peut-être causé des problèmes très sérieux. La preuve en est sous la forme d'une bière alsacienne, la Mützig.

Très longtemps au Rwanda, avant que Skoll ne vienne jouer les trouble-fêtes, on avait le choix entre deux bières : la Primus et la Mützig, toutes deux distribuées par la Bralirwa, Brasseries et Limonaderies du Rwanda. La Mützig était brassée à l'origine en Alsace depuis 1810, mais l'entreprise ferme en 1989. C'est Heineken, actionnaire majoritaire de la Bralirwa qui rachète la recette et vend encore de la Mützig au Rwanda. Par hasard, en feuilletant un vieux Science et vie de septembre 1983 qui traine dans mon local je tombe sur ça, page 150 :

Pub Mützig, Science et Vie n°792, page 150

Vous ne comprenez pas encore où je veux en venir avec cette bière et des paysans alsaciens dans un Science et vie ? Regardez alors cette vidéo que j'ai réalisée avec des élèves en mai 2015 :

Vous l'avez vu ou pas ?

Arrêt sur image :

Julien, un "patator conceptor" et voyageur temporel. Copie d'écran Youtube.

Oui, c'est bien lui : Julien, le concepteur du patator ! J'ai parlé à Julien, je lui aie demandé : "Pourquoi est-ce que tu es dans cette pub de Mützig de 1983 ?" Et il m'a répondu : "Ah ben j'sais pas M'sieur !"

Je jauge son regard, il a un sourire en coin... C'est vrai que maintenant, Julien ne peut pas encore savoir qu'il voyagera dans le temps, à moins qu'il ne vienne du futur. Pour moi ce « Ah ben j'sais pas M'sieur » me semble suspicieux... Pourquoi ne m'aurait-il pas plutôt dit : « Mais vous racontez n'importe quoi M'sieur ! Ça peut pas être moi ! C'est impossible ! » Donc, j'ai un doute. Cette image de la pub Mützig, je l'ai découverte seulement la semaine passée, mais je ne sais pas à quel moment elle est apparue dans la revue Science et Vie... Sûrement pas en 1983, date de la parution de ce numéro de revue.... Mon hypothèse est que cette image est apparue il y a 5 ans, lorsque Julien, tout nouveau à débarquer dans ma classe, a subi mon exercice d'incitation à voyager dans le temps, mais ça, je n'arriverai pas à le prouver...

Ce qui me taraude le plus, et c'est là que j'ai probablement envoyé Julien dans un cul-de-sac spatio-temporel, c'est de me dire que cette page 150 du Science et Vie nº 792 est peut-être LA dimension parallèle dans laquelle j'ai envoyé Julien : les coordonnées sont parfaites, mais je ne saurais vérifier à quel moment cette image est apparue. Sauf si, parmi mes lecteurs, quelqu'un aurait sous la main un exemplaire du Science et Vie de septembre 1983 et pouvait me dire si oui ou non, la page 150 est similaire à la mienne.

Mise en garde

J'ai évidemment mis en garde Julien contre les risques du voyage temporel et je me suis excusé auprès de lui de l'avoir incité à faire cette expérience... Il m'a regardé avec un air qui voulait dire « mon prof est fou » et puis il a simplement souri en disant « oui M'sieur, je vais faire attention ».

Mais quand je feuillète le Science et Vie de septembre 1983, Julien est toujours là, page 150.

Que faire pour Julien ?

Je vais aller me prendre une Mützig bien fraîche et écouter « Time Travelling blues » d'Orange Goblin et me dire que ça ira mieux hier.

 

Rock'n'Science !