Selon le SETI Institute, nous sommes plus près que nous ne le croyons de détecter des extraterrestres.

Si vous êtes excités à l'idée de savoir qu'une vie extraterrestre existe et que nous ne sommes pas seuls (qui le croit encore d'ailleurs?) et bien l'annonce de l'Institut SETI risque bien de vous empêcher de dormir.

Le site Space.com a mis en ligne aujourd'hui un article qui rapporte que le scientifique Seth Shostak du programme SETI pour Search for Extra-Terrestrial Intelligence (ou Recherche d'une vie extraterrestre intelligente en français) pense que d'ici 2040 nous aurons analysé plus de 1 million de systèmes planétaires et que ce chiffre nous donnera la capacité de détecter une vie intelligente extraterrestre.

L'optimisme de Shostak est basé sur le fait que nous savons désormais que la Voie lactée, notre galaxie, abriterait des milliards de planètes.

Shostak a fait cette annonce lors d'une conférence tenue dans le cadre du 2014 NASA Innovative Advanced Concepts qui s'est déroulée à l'Université Stanford du 4 au 6 février. Ce symposium a lieu chaque année et vise à présenter les idées novatrices en matière d'exploration aérospatiale.

La recherche d'une vie extraterrestre intelligente se base sur plusieurs technologies développées comme le télescope spatial Kepler, les instruments de détection installés sur des télescopes au sol ou encore les futurs instruments comme le James Webb telecope qui sera lancé en 2018 par la NASA ou le petit télescope Cheops de l'Agence spatiale européenne qui lui sera mis en orbite en 2017.

Démarré en 1960, le programme SETI scanne le ciel à la recherche des signaux radio qui seraient émis par une intelligence extraterrestre ayant au minimum développé des instruments capables d'émettre des ondes radio comme nous le faisons tous les jours.

Reste à savoir si Shostak ne vient pas de réaliser un méchant coup de pub pour un programme qui manque de financement.

Comme le thème du Pleins feux de février s'intéresse à la science et le cinéma, je ne peux m'empêcher de proposer cette scène du célèbre film Contact dans lequel Jodie Foster joue le rôle d'une scientifique du projet SETI détectant un signal intelligent venant d'un autre monde.