Dur coup pour les astronomes d’Europe, les exoplanètes orbitant les étoiles les plus rapprochées de notre système solaire sont aussi les plus difficiles à détecter.

Lors d’une conférence à Liverpool au Royaume-Uni, la société des astronomes de l’Europe (EAS) annonçait un nouvel échec de trouver des planètes habitables autour de nos étoiles les plus proches. Selon l’astronome Pierre Kervella de l’observatoire de Paris à Meudon, c’est la nature et la position des étoiles du système Alpha du Centaure qui rendent difficiles l’observation et la découverte de planètes capables d’abriter la vie. « C’est très probable qu’il y ait d’autres planètes », explique le chercheur de planète qui promet de futures tentatives pour les découvrir.

Proxima du Centaure est une géante rouge située à quatre années-lumière de notre système solaire et l’étoile la plus rapprochée de la Terre après le Soleil. Elle est prisonnière de l’attraction de l’étoile Alpha du Centaure A et de sa sœur Alpha du Centaure B qui partagent une orbite. La proximité de ces étoiles les rend difficiles à distinguer les unes des autres par les instruments terrestres. En raison de la masse et de l’orbite particulières des étoiles, les planètes massives auraient été éjectées comme une fronde sans pouvoir se développer, mais il y a de l’espoir pour trouver des planètes plus petites.  « Il n’y a pas de Jupiter dans ce système, explique l’astronome Lily Zhao, mais plusieurs planètes de la taille de la Terre restent à découvrir. »

Selon l’astronome Maksym Lisogorskyi, la surface instable des étoiles créée un effet semblable à un clignotant qui rendrait difficile de détecter les déplacements des planètes avec des instruments comme ceux de l’ESO (European Southern Observatory) au Chili. La lumière intermittente empêche de voir les fluctuations lumineuses qui se produisent lorsqu’un corps céleste approche d’une étoile.

Jusqu’à présent, trois planètes ont été détectées orbitant autour de Proxima du Centaure dont l'une dans la zone habitable. En 2016, il a été découvert que la première planète de ce système solaire était si bombardée par les radiations et les vents solaires qu’il était improbable qu’elle possède de la vie. Les astrobiologistes restent plus optimistes de trouver de la vie sur les deux autres planètes, mais se disent frustrés d’être incapables de les observer.

Il reste de l’espoir

D’ici dix ans, les deux étoiles du système Alpha du centaure seront assez éloignées pour permettre aux chercheurs de les distinguer et un ambitieux projet vise à propulser une sonde avec des voiles laser pour prendre des photos des astres timides. Avec l’installation de nouveaux instruments capables de détecter les exoplanètes, il était naturel de se tourner vers les astres les plus rapprochés pour y chercher de la vie. Cependant, il faudra attendre que les étoiles soient mieux alignées pour espérer trouver de la vie extraterrestre à proximité de nous.