Dès le 15 septembre prochain, le Musée Armand-Frappier présentera sa toute nouvelle exposition sur un des sujets qui laisse de moins en moins de personnes indifférentes : les allergies.

Lait, œufs, pollen, miel, crevettes, alouette ! Au Canada, près d’une personne sur quatre souffre d’allergies. On s’attend même à ce que la moitié de la population soit touchée d’ici 2050.

Que l’on souffre d’allergie ou non, un grand nombre de personnes se retrouvent indirectement concernées par la problématique, du contenu de la boîte à lunch des enfants à l’école aux ustensiles dans les restaurants. 

« Les gens ont besoin d’information crédible au sujet des allergies. Tout le monde, ou presque, connaît le mot “allergie”, mais peu de gens savent exactement de quoi il s’agit, ce qui les cause, et quels en sont les effets sur le corps humain. Notre exposition va répondre à ces questions », explique Martine Isabelle, directrice des contenus scientifiques au musée Armand-Frappier.

L’exposition tentera donc de répondre à trois grandes questions : Les allergies, c’est quoi ? Les allergies, pourquoi ? Et les allergies, quoi faire ?

« On explique notamment que les allergies sont en fait un dérèglement du système immunitaire. Ce sont nos globules blancs qui réagissent devant des substances pourtant inoffensives, autant des aliments, des médicaments [ou autres substances]. Bref, notre système réagit fort là où il ne devrait pourtant pas y avoir de problème ! C’est ce qu’il y a de si spécial avec les allergies : nos anticorps, qui sont censés nous protéger, nous rendent malades », indique Martine Isabelle. 

Les allergies sous la loupe

Fidèle à ses habitudes, le musée Armand-Frappier offrira également au grand public de faire des expériences dans son laboratoire.

Les visiteurs vont pouvoir observer différents allergènes sous le microscope, par exemple des acariens, du pollen, ou des moisissures. Les groupes scolaires auront aussi la chance de participer à d’autres ateliers, notamment sur la démystification de l’asthme — qui, dans environ 95 % des cas chez les enfants, est d’origine allergique —, ou en réalisant un test ELISA (de l’anglais enzyme-linked immunosorbent assay), une technique de laboratoire de base qui permet de détecter la présence d’un anticorps spécifique dans un échantillon.

Martine Isabelle précise également que les activités au laboratoire sont sécuritaires pour tous… même ceux qui souffrent d’allergies ! En effet, même si les techniques de laboratoire sont authentiques, les allergènes utilisés ne sont pas vrais. Il s’agit plutôt de protéines de substitution, créées en laboratoire pour les besoins des tests.

Réaction anaphylactique : comment réagir ?

En plus des expériences, le musée Armand-Frappier souhaite aussi outiller les gens au travers l’exposition. On y aborde notamment les traitements les plus prometteurs pour les allergies, comme l’immunothérapie orale qui consiste en une ingestion quotidienne d’un aliment allergénique en débutant avec une dose minime jusqu’à l’atteinte de la tolérance envers ledit aliment.

Les visiteurs pourront également assister à la démonstration de l’usage d’un auto-injecteur d’épinéphrine, le fameux EpiPen, en cas de réaction anaphylactique. Avec des démonstrateurs sans aiguilles, les animateurs du musée illustreront comment réagir et utiliser avec assurance l’auto-injecteur.

L’exposition Les allergies font jaser ! débute le 15 septembre au Musée Armand-Frappier et se poursuivra jusqu’au 30 août 2018. Il sera possible de visiter librement l’exposition durant l’année scolaire 2017-2018, du lundi au samedi, de 11 h 30 à 17 h. La visite animée et les activités au laboratoire seront proposées les samedis, plusieurs fois par jour.

Pour information et réservation, consultez le site internet www.musee-afrapier.qc.ca.

 

Marie-Eve Cloutier