On parle moins souvent d’eux, mais les glaciers d’Amérique du Nord fondent aussi, peut-être au même rythme que leurs cousins d’Europe et d’Asie. Le problème est qu’on ne dispose parfois à leur sujet que d’informations anecdotiques, à un moment où on aurait au contraire besoin de données probantes pour se préparer au pire.

Par exemple, une compilation publiée récemment par l’Université d’État de Portland pointe, uniquement dans l’État du Wyoming, dans les Rocheuses, près d’une centaine de glaciers couvrant la chaîne Wind River. C’est la plus grande concentration de glace d’Amérique du Nord, en-dehors de l’Alaska et de l’État de Washington, et en même temps la moins bien connue : son isolement et son altitude ont gardé les chercheurs à distance, alors que les habitants des environs prennent de plus en plus conscience que leur approvisionnement en eau dépend de la survie de ces glaciers. Déjà en 2011, une analyse de photographies aériennes avait suggéré que plusieurs de ces glaciers avaient perdu 38 % de leur surface depuis 50 ans.