« Chaque fois que je tombe en vacances, je tombe malade ! » Alors que plusieurs s’apprêtent à profiter du congé hivernal, notre Détectrice de rumeurs a entendu les témoignages de plusieurs qui prédisent qu’ils seront malades durant leurs vacances. Se pourrait-il que le stress ait un rôle à jouer ?

Les faits

« Quand un stress important tombe d’un coup, le système immunitaire peut tomber aussi », confirme Catherine Raymond, candidate au doctorat au Centre d’études sur le stress humain. « C’est la raison pour laquelle certaines personnes tombent malades en congé. »

Le fautif serait notre cerveau primitif. Celui-ci perçoit le stress comme une menace, peu importe sa nature. Que ce soit un « stress relatif » relié à nos activités quotidiennes (comme une échéance serrée au travail) ou un « stress absolu » qui représente une véritable menace à notre intégrité (comme un accident d’auto), notre cerveau enclenche une série de réactions afin que nous puissions mobiliser l’énergie nécessaire pour nous battre ou nous enfuir.

« Pour ce faire, le cerveau stimule les glandes surrénales, qui à leur tour entraînent la sécrétion d’hormones comme l’adrénaline et le cortisol. Il envoie aussi des messages pour renforcer le système immunitaire afin que le corps puisse guérir plus vite en cas de blessure », explique Mme Raymond. Ces mécanismes de défense très efficaces expliquent pourquoi on tombe rarement malade durant une période de stress intense, par exemple en période d’examens ou quand on prépare un gros dossier. C’est une fois la période intense passée, quand on arrête d’un coup, qu’on peut tomber malade.

 « Le système primitif envoie le message que la menace est passée. D’un coup, les hormones de stress diminuent et le système immunitaire ralentit. Si on est exposé à un microbe — grippe, rhume ou gastroentérite —, on risque de l’attraper plus facilement », soutient la spécialiste du stress humain.

Malheureusement, le manque d’études à ce sujet ne permet pas de savoir quel pourcentage de la population est plus à risque. Une étude-pilote menée à l’Université de Tilbourg aux Pays-Bas concluait en 2002 qu’environ 3 % des hommes et des femmes seraient plus enclins à tomber malades en vacances qu’en temps normal.

Pour sa part, Catherine Raymond préfère être prudente. « Les études sur le système immunitaire sont complexes et plusieurs facteurs peuvent jouer : la qualité du sommeil, l’alimentation, la pratique d’un sport, l’hygiène de vie, la réponse au stress, l’usage de techniques de relaxation. Je n’ai donc pas de chiffres à vous donner, mais on peut raisonnablement penser que ceux qui souffrent d’un stress important au travail et à la maison sont le plus à risque de tomber malades quand ils s’arrêtent brusquement. Et ceux qui sont malades chaque fois qu’ils sont en vacances devraient peut-être le voir comme un signe qu’ils ont de la difficulté à gérer leur stress. »

Faire un atterrissage en douce

Une piste de solution possible, selon elle : « dans la mesure du possible, diminuer le stress graduellement, prendre la semaine pour clore les dossiers importants au lieu d’attendre la veille, prévoir au moins une journée tampon entre le dernier jour de travail et le départ en vacances. » La raison : notre organisme n’aime pas les périodes de transition, surtout si elles sont abruptes. « Partir au lendemain d’un gros rush, c’est presque la recette pour tomber malade. » Et bien sûr, une fois arrivé, dormir, bien manger, boire suffisamment d’eau et bouger. Tout ça permet de réduire le stress en douceur et de mieux résister à l’assaut des virus », conclut Mme Raymond. Bon congé !

 

— Ève Beaudin