Science pour tous: sommaire


Avez-vous lu notre manchette de la semaine?

Avez-vous lu nos capsules de la semaine?


Et:

Le Kiosque


Qui sommes-nous?



Science pour tous est une production du Journal de Montréal et de l'Agence Science-Presse.

Retour à la page d'accueil de l'Agence Science-Presse

 

Se sert-on seulement de 10% de notre cerveau?


par Michel Marsolais


Une des croyances les plus répandues au sujet du cerveau est que nous n'en utilisons que 10 %. Les 90 % restant seraient une sorte de réserve inexploitée qui laisserait place au développement de toutes sortes d'habileté comme la télépathie -ce qui, il faut dire, permettrait d'économiser en téléphones cellulaires.

 

Or, comme la plupart des choses trop belles pour être vraies, cette croyance est malheureusement un mythe. Bien que nous connaissions tous des gens qui ne semblent même pas utiliser 10 % de leur tête, ce chiffre est totalement arbitraire et ne réflète pas le fonctionnement réel de notre cerveau.

Il est vrai que le cerveau n'est jamais mobilisé complètement par une activité. Minimalement, on peut dire qu'au moins 5% du ce rveau manifeste toujours une activité électrique.

Le reste dépend largement du type d'activité exercé à un moment donné. Certaines sections du cerveau sont d'ailleurs très spécialisées et ne servent que pour des tâches spécifiques. Évidemment tout le monde ne joue pas du violon, ni ne fait des mathématiques avancées mais ces régions du cerveau sont là au besoin.

Les nombreuses études visant à mesurer l'activité du cerveau ont toutefois démontré que peu de zones du cerveau restent inoccupées chez l'humain moyen. De manière générale, on peut dire qu'on n'a pas trop de matière grise entre les oreilles.

 

Des milliards de neurones


Pour parer à toutes les éventualités, le cerveau se doit aussi de disposer d'un très grand nombre de neurones (cellules nerveuses) de réserve. Autrement, personne ne pourrait se remettre d'un accident cérébro-vasculaire et les boxeurs deviendraient vite des légumes.

Bien qu'on trouve des milliards de neurones dans le cerveau humain, il faut souligner que, dès l'âge de 30 ans, le cerveau se met à en perdre des milliers par jour.

Entre le début de sa vie adulte et l'âge de 90 ans, un humain peut perdre entre 10 et 30 % des cellules de son cerveau. Un phénomène qui explique notamment les troubles de mémoire et de coordination des personnes âgées.

 

Un vieux mythe

Le chiffre de 10 % de cerveau utilisé viendrait initialement du psychologue William James au début du siècle. Le chiffre a été repris à gauche et à droite au fil des ans.

Si aucune étude ne montre que nous avons des habiletés non utilisées, il faut admettre que tous ne se servent pas de leur cerveau de manière optimale.

Le cerveau, comme les muscles, gagne à être stimulé régulièrement. Une expérience avec des rats de laboratoire a déjà démontré que ceux-ci développent des neurones plus gros et davantage de connexions entre les neurones lorsqu'ils sont exposés à un environnement stimulant.

Lire, discuter, voyager c'est du velours pour le cerveau.


Première parution: Le Journal de Montréal, dimanche 8 mars 1998.

 

 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire