Science pour tous: sommaire


Avez-vous lu notre manchette de la semaine?

Avez-vous lu nos capsules de la semaine?


Et:

Le Kiosque


Qui sommes-nous?



Science pour tous est une production du Journal de Montréal et de l'Agence Science-Presse.

Retour à la page d'accueil de l'Agence Science-Presse

 

Einstein superstar


par Michel Marsolais


Si la science est partout, les scientifiques célèbres restent peu nombreux. Il est maintenant difficile d'imaginer l'enthousiasme délirant, digne de Madonna, qu'a provoqué Albert Einstein auprès du grand public. Un public qui ne comprenait pourtant rien à ce qu'il disait...

 

Pourchassé par les journalistes et les paparazzis, Albert Einstein suscitait, au faîte de sa gloire, des attroupements de fans à chacun de ses déplacements.

La foule l'attendait nombreuse dans les ports et les gares, rien que pour l'apercevoir. La haute société se l'arrachait et il avait ses entrées auprès des grands de ce monde. Encore aujourd'hui, Albert Einstein reste une icône de la culture pop au même titre que Marilyn Monroe ou James Dean et des millions de gens achètent encore sa photo en affiche ou en carte postale chaque année.

Le modeste Einstein n'a jamais compris toute cette attention, bien qu'il se soit servi de sa célébrité pour faire avancer les nombreuses causes humanitaires auquel il souscrivait. Il était pourtant un génie qui a fait basculer les connaissances de son époque. Nous vivons aujourd'hui dans l'univers d'Einstein.

Quand on lui demandait où était son laboratoire, Einstein brandissait son crayon! Ses théories sur l'univers sont le fruit de visions presque artistiques. Ce qu'il avançait était si révolutionnaire qu'une partie de l'establishment scientifique lui fut hostile toute sa vie. Il faut dire que certaines de ses théories ne furent vérifiées que récemment.

 

Relativité restreinte


En 1905, Einstein se réveilla un matin en s'exclamant qu'il avait enfin "percé les pensées de Dieu". A une époque où on doutait encore des atomes, il confirma leur présence et expliqua que la lumière se déplacait sous forme de particules séparées (les photons). Une des applications pratiques de ces travaux est "l'oeil électrique", qui permet d'ouvrir automatiquement les portes des commerces, en détectant les mouvements. Cette découverte ouvrit aussi la voie à la radio et à la télévision.

C'est d'ailleurs cette découverte, et non la relativité, qui valut à Einstein le prix Nobel.

Einstein avanca aussi que le temps n'était pas une valeur universelle. L'exemple classique consiste à imaginer deux jumeaux dont l'un devient astronaute et part pour un long voyage, à une vitesse proche de celle de la lumière. Cet astronaute reviendrait sur Terre encore jeune alors que son frère serait déjà un vieillard.

Une théorie qu'on n'a prouvée qu'en 1976, en envoyant une horloge précise dans l'espace et en la comparant avec une autre sur Terre.

Le temps n'existe aussi qu'en fonction de la matière et de son cadre de référence. Si toute la matière disparaissait de l'univers, le temps et l'espace disparaîtraient avec elle!

 

Relativité générale


Einstein devait asséner un autre grand coup à la physique dix ans plus tard avec la théorie de la relativité générale. Un truc aux ramifications si profondes que bon nombre de scientifiques de l'époque n'y comprenaient strictement rien.

La relativité générale explique les origines de l'univers et son expansion, les trous noirs et bon nombre de sujets mystiques dont on ne parle jamais au réseau des sports.

La relativité stipule aussi que l'univers n'est pas droit mais courbe. Transposé sur deux dimensions, l'espace serait comme une bande de caoutchouc qu'on étire et sur laquelle on mettrait des cailloux représentant les étoiles et les planètes. Ces masses s'enfoncent dans le caoutchouc, provoquant une dépression. C'est cette courbure de l'espace qui serait à l'origine de la gravité.

Dans une large mesure, les travaux d'Einstein ont permis les voyages dans l'espace. Mais la vie d'Einstein ne fut pas faite que de triomphes. Chassé d'Europe par le nazisme, soupçonné de communisme aux États-Unis, Einstein essaya de garder un détachement serein face aux bêtises de ses contemporains. "Le seul salut est dans le sens de l'humour. Gardons-le jusqu'à notre dernier souffle", a-t-il écrit.


Flash

E = mc2

Aucune autre équation mathématique n'est aussi connue. Une station de radio pop l'a même déformée récemment pour s 'en faire un slogan. Et pourtant, peu de gens savent ce qu'elle signifie.

C'est à la fois plus simple et plus compliqué qu'il n'y paraît. D'abord E = mc2 signifie que l'énergie est égale à la masse multipliée par la vitesse de la lumière au carré. En d'autres termes, si on accélère suffisamment une masse, on obtient de l'énergie. C'est notamment le principe de l'énergie (et de la bombe) atomique. Inversement, si l'énergie est ralentie suffisament, elle se transforme en masse. Une masse, c'est donc de l'énergie figée.

En quelques coups de crayon, Einstein explique que la moindre motte de terre renferme une quantité incroyable d'énergie. Il s'agit d'une des conséquences les plus importantes de la théorie de la relativité. Ecrite en 1907, on mettra 25 ans avant de pouvoir vérifier l'équation.

 

Pacifiste militant

Einstein a fait la preuve que le génie scientifique n'est pas incompatible avec l'humanisme. Durant la majeure partie de sa vie, il est intervenu personnellement pour faire libérer des douzaines de prisonniers victimes d'injustice. Il aida aussi des Juifs à quitter l'Allemagne pendant la montée du nazisme.

Il est également l'auteur d'une lettre célèbre au président Roosevelt, lui demandant de démarrer des recherches sur la bombe nucléaire, que les Allemands cherchaient aussi à mettre au point. Einstein devait toutefois regretter l'invention d'un tel engin de mort et il lutta ensuite toute sa vie pour le désarmenent.

Pacifiste militant, il fit la promotion d'un gouvernement mondial ce qui lui valu des accusations de sympathies communistes.

 

Un mauvais mari

La majorité des témoignages s'entendent pour décrire Einstein comme un homme charmant, rieur, à la fois rêveur et caustique. Dans sa vie privée, il allait toutefois se révéler un bien mauvais mari et un père pitoyable. Son premier enfant (une fille née avant son premier mariage) a vraisemblablement été donnée en adoption. Il divorca de sa première épouse, Mileva, plus âgée, qui lui donna deux fils dont un, Edouard, sera atteint de schizophrénie.

Il se remaria une seconde fois mais l'union ne respirait pas le bonheur. On lui prête de nombreuses liaisons.. Il subvint toutefois toute sa vie aux besoins financiers de son ex-conjointe et de ses enfants bien que ses revenus soient toujours restés modestes, en raison notamment des nombreuses causes qu'il supportait.


Première parution: Le Journal de Montréal, dimanche 15 novembre 1998.

 

 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric-ˆ-Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ˆ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire