Deux tremblements de terre majeurs ont secoué le Mexique en 12 jours. Une même plaque tectonique, mais des sismologues mystifiés : il y a manifestement un lien entre ces deux séismes, mais lequel ?

Tous les deux, celui du 7 et celui du 19 septembre, se sont produits au milieu de la plaque tectonique appelée Cocos, plutôt que sur sa tranche, c’est-à-dire là où elle commence à pousser sous la plaque nord-américaine. S’ils s’étaient produits plus près de la tranche, ils auraient probablement été plus puissants et auraient fait encore plus de dégâts.

En théorie, le second pourrait être une réplique du premier (en anglais, aftershock), mais les 650 kilomètres qui les séparent annulent cette hypothèse : ils placent le séisme du 19, qui a tué plus de 250 personnes, au-delà de la « zone d’influence » du premier. En théorie aussi, le second pourrait être le résultat de ce que les experts appellent une « dynamique à distance », où les ondes sismiques affectent une autre faille. Mais de tels « transferts » se mesurent en heures, pas en semaines.

Différentes équipes analysaient déjà les données satellites liées au premier séisme lorsqu’est survenu le second : des changements dans l’élévation des sols peuvent fournir des indications sur les zones les plus affectées et sur la façon dont les ondes sismiques se sont propagées à partir de l’épicentre.