À l’Agence Science-Presse, nous sommes souvent surpris de voir jusqu’où peuvent aller des pseudo-nouvelles qui ne sont pas des poissons d’avril... parce que ceux qui les lancent se prennent terriblement au sérieux. Et parce que ceux qui les écrivent ont oublié de poser... deux ou trois questions. Pour célébrer le 1er avril, petit florilège de la dernière année.

1. De l’eau « sans toxines » pour « détoxifier » votre corps... Avant d’essayer de comprendre pourquoi il faudrait se fatiguer à mettre des rondelles de concombres et du jus de tangerine dans l’eau avant de la boire, il faudrait peut-être se rappeler que l’eau toute seule fait du très bon travail pour nettoyer des reins ou des intestins malades. «Personne n’a vraiment expliqué de quelles toxines ils prétendent se débarrasser» se sont étonnés les experts toute l’année. En fait, la mode suit son cours depuis quelques années. Mais la «détoxification» a eu le vent en poupe en 2015 : au dernier décompte, il y avait au moins 20 marques différentes d’eau « détoxifiées » sur le marché.

2. Elle a raconté un faux cancer pendant deux ans Elle a donné des conférences, tenu un blogue et vendu 300 000 exemplaires d’une populaire application pour téléphone, à propos de son traitement à base d’alimentation naturelle pour guérir son cancer. Mais finalement, ce n’était pas vrai : il n’y a jamais eu de cancer. «Je m’excuse», a dit l’Australienne Belle Gibson lorsque le chat est sorti du sac. «Je suis humaine.» Et un poisson d’avril de deux ans s’est arrêté là.

3. Un bain de chaleur avec infrarouges et jet à base d’armoise pour «nettoyer votre utérus et le reste» Ça doit être vrai, puisque c’est Gwyneth Paltrow qui le dit.

4. La croisière du complot «Une croisière pour les théoriciens du complot»: on a vraiment cru à un poisson d’avril lorsque l’annonce de cette ConspiraSea a commencé à circuler. L’Agence Science-Presse connaît quelques journalistes qui auraient beaucoup aimé couvrir ce voyage où, pendant quelques jours, il a été question de chemtrails, d’extraterrestres, des gouvernements cachés, d’alchimie et d’inversion de la polarité constitutionnelle (ou quelque chose du genre).

5. Hors catégorie : comment guérir l’autisme Il ne se passe pas une semaine sans qu’un «média» en «alimentation naturelle», en «santé» ou en «nutrition», annonce qu’on peut «guérir l’autisme» avec une alimentation sans gluten, ou sans pesticides, ou sans OGM, ou sans «toxines» (encore elles). Ou bien un article cite un «chercheur» qui recommande d’éliminer les antibiotiques, ou les vaccins, ou les deux. Le problème est qu’aucun de ces sites ne se donne la peine de définir ce qu’il entend par «autisme», ni ce que veut dire «guérir» —pour un ensemble de troubles si large qu’il y a longtemps que les médecins n’en parlent plus comme d’une «maladie».