Grâce aux travaux d’un groupe de chercheurs de l’Université McGill et McMaster, on sait désormais que plusieurs marqueurs génétiques sont responsables d’augmenter les effets du syndrome du côlon irritable post-infectieux.