L'humain modifie le cycle de l'azote: voilà, a priori, un piètre titre pour attirer l'attention. Et pourtant, il s'agit d'une démonstration de l'impact qu'a la surpopulation, une démonstration plus éloquente encore qu'avec le gaz carbonique (CO2).