La pollution dans les grandes villes est dangereuse pour la santé des personnes qui y vivent, peut-être même plus dangereuse que l’exposition à de fortes radiations produites par l’explosion d’un réacteur nucléaire comme Tchernobyl.

Les deux explosions des réacteurs à Tchernobyl, en 1986, ont causé la mort de trois personnes le jour même. 30 personnes sont mortes d’empoisonnement aux radiations au cours des jours consécutifs. Et les radiations qui se sont étendues à l’Europe ont causé la mort de plus de 16,000 personnes au fil des semaines et des mois. C’est énormément de décès! Mais peu en comparaison des personnes qui meurent à cause de la pollution de l’air.

Des scientifiques anglais de la Commission royale sur la pollution environnementale estiment que la pollution de l’air est responsable de la mort de 24,000 personnes en Angleterre seulement chaque année. Les femmes qui vivent dans les régions où la pollution de l’air est élevée sont plus susceptibles de mourir de maladies cardiaques et les enfants qui vient à moins de 500 mètres des autoroutes souffrent de problèmes respiratoires et ont une espérance de vie réduite. (voir l’article (La pollution automobile nuit aux poumons des ados)

Jim Smith, scientifique au Centre gouvernemental d’écologie et d’hydrologie, à Dorcester, en Angleterre, affirme que l’exposition aux radiations des secouristes, après l’explosion des réacteurs à Tchernobyl, équivaut à 12,000 radiographies de la poitrine, ce qui augmente leurs risques de développer un cancer de 1%. Comparativement, les risques de mortalité des personnes qui vivent dans les villes fortement polluées sont de 2,8% supérieurs aux autres. Et le seul fait de vivre avec un fumeur augmente les risques de décès de 1,7%. «Les populations qui vivent sur les terres abandonnées autour de Tchernobyl risquent sans doute moins de mourir des conséquences des radiations que si elles étaient exposées à la pollution de l’air d’une grande ville», explique Dr Smith. Étonnant !

Le but des scientifiques en faisant cette recherche pour comparer les risques associés aux radiations et à la pollution était de réduire les préjugés qui affligent les réfugiés de Tchernobyl et de sonner l’alerte sur les dangers de la pollution que nous respirons tous les jours.