Depuis qu’il est question du gaz de schiste au Québec, on a abondamment parlé des questions scientifiques, politiques et économiques. Qu’en est-il du droit des citoyens? Alors que prennent fin les audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, c’est le sujet de notre émission de cette semaine.

Ceux qui sont opposés aux forages ont beaucoup fait entendre leur voix ces derniers mois, mais en bout de ligne, plusieurs mettent en doute le poids réel qu’auront ces interventions. Est-ce que le droit peut nous apprendre quelque chose là-dessus? Est-ce que le droit concerne l’environnement? Nos deux invités y croient, eux qui font partie de ceux qui ont déposé un mémoire au BAPE. Jean Baril d’abord, au nom du Centre québécois du droit de l’environnement, invoque notamment la Loi québécoise sur le développement durable, censée obliger tous les ministères à se conformer à de nouvelles pratiques. Il est également auteur du livre Le BAPE devant les citoyens (2006), où il revient sur le rôle de cet organisme qui, depuis sa création en 1978, n’a peut-être pas aussi bien évolué qu’il aurait pu.

Vincent Greason ensuite, au nom de la Ligue des droits et libertés : pourquoi un organisme en droits humains intervient-il sur une question environnementale? Et que peut nous apprendre le droit sur ce qu'il appelle « l’inégalité des moyens »?

Dans les actualités : au moment où s’ouvre la conférence de Cancun, deux nouvelles nous rappellent que les initiatives politiques les plus encourageantes ne viennent pas nécessairement des États, mais parfois des villes et des régions.

+++++++++++++

Je vote pour la science est diffusé le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal). Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des derniers mois. Pour des archives complètes des deux premières saisons, rendez-vous ici.