Des journalistes et des chercheurs ont révélé l’existence d’une fondation secrète par laquelle 400 millions$ ont été versés depuis 1999 à divers groupes américains de droite, dont une bonne partie sont voués à défendre l’idée que le réchauffement climatique est un canular.

 

En 2010, douze de ces groupes ont reçu entre 30 et 70% de leur financement de ce fonds, Donors Trust. Parmi ces groupes, on trouve de vieilles connaissances —Heartland Institute, Competitive Enterprise Institute, etc.— c’est-à-dire des «groupes de réflexion» déjà identifiés comme des noyaux du réseau de désinformation: ils organisent des conférences, écrivent des lettres aux journaux, publient des recommandations, qui sont dès lors repris par des blogueurs et des chroniqueurs complaisants.

L’enquête du Center for Public Integrity (CPI) a révélé que le Donors Trust —qui a le statut d’un organisme de charité et, de ce fait, n’est pas tenu de révéler ses donateurs— avait versé 400 millions$ à plus d’un millier de groupes de droite depuis 1999. Mais l’enquête du Guardian de Londres a précisé que 120 de ces millions$ avaient servi spécifiquement à alimenter 102 organismes, groupes ou blogues climatosceptiques entre 2002 et 2010.

 

Le flot d’argent a dépassé celui d’opposants plus visibles à une action contre le climat, comme l’industrie pétrolière ou les frères Koch, (...) par six contre un.

 

Faisant état de ces découvertes la semaine dernière, le magazine Mother Jones a surnommé Donors Trust «le guichet automatique de la droite».

Un des 102 groupes identifiés comme climatosceptiques porte le nom innocent de Franklin Center for Government and Public Integrity. Il est apparu inopinément en 2009 et est rapidement devenu un chef de file de l’opposition aux investissements dans le solaire et l’éolien. Le Centre Franklin se présente comme un «réseau de journalistes citoyens et de chiens de garde».

La dernière année couverte par les recherches du Guardian —2010— correspond à celle où l’opposition des politiciens américains a fait mourir au feuilleton un projet de loi sur le climat, en préparation depuis quelques années.

Et les mêmes se préparent à remonter à l’assaut, selon la journaliste du Guardian, Suzanne Goldenberg:

 

Ces mêmes groupes se mobilisent à présent contre les efforts d’Obama pour agir contre les changements climatiques dans son deuxième mandat. Un des principaux récipiendaires de ces fonds secrets a publié [le 13 février] une critique, point par point, du contenu relatif au climat dans le discours du président sur l’état de l’Union.