Cette photo intrigue beaucoup les entomologistes du monde entier, depuis qu’elle est arrivée du Pérou. Une structure de deux centimètres de circonférence, semblable à une clôture entourant un îlot central. Ça pourrait être le travail d’une araignée: mais quelle araignée?

L’étudiant américain au doctorat Troy Alexander, dont le nom fait en ce moment le tour du monde au bas de ses photos, était bénévole cet été pour un projet de conservation des aras dans la forêt humide de Tambopata. Il a commencé par lancer un appel via Facebook, puis via la rubrique «What’s this bug» (Quel est cet insecte) de Reddit. Aux dernières nouvelles, nul n’avait pu identifier la chose, ou plutôt les choses puisqu’il semble y avoir plus d’une structure similaire dans le petit coin de la forêt où il résidait.

Cela dit, cette photo fera peut-être partie de la petite histoire de la communication scientifique par Internet : si les internautes sont aujourd’hui nombreux à prendre en photo une bestiole bizarre pour aussitôt l’envoyer à leurs amis accompagnée d’un «quelqu’un sait ce que c’est»?, Troy Alexander a fracassé tous les records de popularité. Certains doutent de son authenticité. Mais avec tous ceux qui ont fourni toutes les réponses possibles, des plus spécialisées aux plus farfelues, se sont dégagées de petites leçons de biologie: par exemple, une araignée pourrait logiquement avoir tissé une telle toile pour garder une proie qu'elle vient de capturer —ce qu'on voit au milieu serait donc un banal cocon. Hypothèse alternative, un cocon protégeant les oeufs.

À moins —autre hypothèse apparemment plausible— qu’il ne s’agisse d’un champignon d’une espèce encore inconnue: du corps central s’étendent les minces filaments par lesquels ce champignon croît.

Chose certaine, si ça s’avère être une nouvelle espèce, restera à lui trouver un nom —et le mot latin pour clôture, sepem, mériterait sûrement d’en faire partie.