La scène se passe dans une école. Un médecin est là pour vacciner les enfants. Sauf qu’il fait semblant. Et discrètement, il fait s’écouler le contenu du vaccin à côté du bras de l’enfant.

Cette description étonnante se trouve dans un reportage de notre collègue Isabelle Burgun en février sur les écoles Waldorf, écoles qui font partie d’un mouvement international appelé parfois Steiner-Waldorf.

À notre émission cette semaine, nous parlons avec Grégoire Perra, ancien élève et ancien professeur d’une école Waldorf en France, à qui on doit ce témoignage.

Pourquoi s’intéresser à ces écoles «alternatives» ou «à vocation particulière»? À cause du contexte. Il y a eu cet hiver une éclosion de rougeole au Québec, dans la région de Lanaudière: au dernier décompte, 136 personnes, liées de près ou de loin à deux familles membres d’une communauté fermée, la Mission de l’Esprit-Saint. Un groupe religieux fondé en 1913 par Eugène Richer, un policier montréalais qui, selon les adeptes, serait l'incarnation de l'Esprit-Saint.

Cette communauté ne prône pas la vaccination. Or, il en est de même des écoles Waldorf. En Californie, les médias ont fait la liste des écoles qui abritaient le plus bas de taux de vaccination —et au moins deux écoles Waldorf arrivent en tête de liste.

C’est qu’en arrière-plan de Waldorf, il y a un nommé Rudolf Steiner (1861-1925) fondateur d'une médecine dite anthroposophique, qui se base sur l’homéopathie, sur la phytothérapie et s’oppose à la vaccination. La maladie nous arrive selon notre karma et il ne faut donc pas la combattre. Yves Casgrain, spécialiste des mouvements sectaires, nous en dit plus.

Incidemment, qu'expliquent ces écoles aux parents qui sont en train de chercher une école pour leurs enfants? Elles ne parlent pas d’Atlantide, de karma ou de réincarnation. Elles font la promotion d’un mode de vie sain –en soulignant particulièrement les méfaits d’un trop grand usage des écrans, en faisant la promotion des visites à la ferme ou de l’initiation aux arts. Du côté de la santé, on va insister sur la nécessité que les enfants «fassent leurs maladies infantiles», donc questionner de manière indirecte la médecine actuelle et la vaccination.

Nos invités

Écoutez l'émission en cliquant sur le lien audio ci-contre, à gauche.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun et Pascal Lapointe. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.