Avec la récente éruption de l'Eyjafjallajökull, nous nous sommes dit qu'il s'agissait d'un excellent moment pour faire un petit survol de nos connaissances en volcanologie avec une volcanologue... québécoise !

Vous avec sous les yeux le troisième et dernier billet de notre volcanologue invitée. Vous avez des interrogations? Des remarques? Des éclaircissement à demander? C'est le moment! Nous vous invitons à lui poser vos questions, auxquelles elle répondra pour la prochaine semaine.

Une histoire de poule et d'oeuf ? (3 de 3)

L'éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull a provoqué plusieurs « ondes de choc » vis-à-vis du public. Le milieu scientifique est pressé de dévoiler des pronostics pour les prochains jours, les prochaines heures. Le volcan est-il en train de se calmer ? L'activité sismique est toujours présente, le volcan semblerait se gonfler à nouveau (évidence que du magma remonte à la surface), le panache volcanique se densifie de nouveau par ses cendres. Les volcanologues surveillent mais peinent à comprendre ce qui s'en vient.

Cependant, ils recueillent des données, font des simulations, proposent des modèles pour tenter de mieux comprendre cette partie de la Terre qui s'ouvre tout en étant le siège d'une remontée de magma. S'ils sont d'accord que cette éruption n'est pas très importante par rapport à d'autres éruptions comme celle du voisin Laki (en 1783), certains proposent de nouvelles hypothèses qui font réagir d'autres ou les laissent septiques.

Des études publiées récemment par des volcanologues islandais et britannique proposent en effet, sur la base d'observations et de modèles, que les changements climatiques actuels pourraient affecter - dans un avenir portant sur les dizaines ou les centaines années à venir - la fréquence et l'intensité des éruptions en Islande. Il faudrait ainsi s'attendre à observer davantage de cas d'éruptions volcaniques. Qui dit éruption en Islande dit éruption sub-glaciaire et donc potentiel d'avoir des nuages volcaniques de cendres qui perturberaient la circulation aérienne.

Mais sur quels indices se basent-ils ?

Ils auraient remarqué qu'à la fin de la dernière grande période glaciaire, il y a environ 10 000 ans, la fréquence des éruptions volcaniques en Islande se serait accrue. D'où l'idée de relier diminution du couvert des glaciers qui font pression sur les systèmes magmatiques sous-jacents avec un relâchement de type rebond « crustal », qui favoriserait une remontée plus facile du magma. Les scientifiques ont remarqué que le grand glacier islandais, le Vatnajökull a perdu beaucoup de glace depuis 1890. Sa diminution d'épaisseur et de masse de glace pourrait être assez significative pour affecter sur le long terme, l'activité magmatique des volcans qui se trouvent en dessous. Ces mêmes scientifiques ont par contre indiqué que le glacier qui « chapeaute » l'Eyjafjallajökull n'est pas assez imposant pour affecter son activité magmatique.

Leurs collègues restent prudents sur ces hypothèses et théories. Certains pensent que par exemple les volcans en Alaska ne se retrouvent sous un couvert de glace assez important pour être affectés par les glaciers. Mais de manière générale, les volcanologues souhaitent que davantage de recherche soit faite dans ce domaine pour mieux comprendre de manière quantitative l'effet des changements climatiques sur l'activité volcanique... et celle de l'activité volcanique sur les changements climatiques.

Hélène Gaonac’h est volcanologue et chercheuse au Centre de recherche en géochimie et géodynamique (GEOTOP: www.geotop.ca). En plus de ses travaux scientifiques universitaires, elle communique sa science et sa passion des volcans aux enfants, avec le personnage de Vicki Volka, dont nous pouvons suivre les péripéties dans le livre Volcans et crème glacée à l’italienne, s’il vous plaît !, paru aux Éditions MultiMondes. Elle organise également des camps de jour scientifiques au GEOTOP sur les volcans, sur l'histoire de la Terre.

Cliquez ici pour lire son premier billet : Les volcans d'Islande (1 de 3) Cliquez ici pour lire son deuxième billet : Un volcan est toujours en évolution (2 de 3)