Vous aimeriez avoir des précisions sur les conséquences actuelles ou futures du déversement pétrolier dans le golfe du Mexique? Vous avez des commentaires? Des idées à partager? Venez en discuter avec notre expert, qui vous répondra pendant toute la prochaine semaine.

L’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, le 20 avril dernier, est à l'origine d'une marée noire qui serait la plus importante aux États-Unis depuis la catastrophe de l’Exxon Valdez en 1989. Située au départ dans le golfe du Mexique - en territoire américain, elle repose maintenant à 1600 mètres de fond. Les trois fuites localisées à ce jour sont extrêmement difficiles à colmater, et le déversement continue, menaçant les écosystèmes et l’économie locale.

Dix jours après la catastrophe, les premières boulettes de pétrole sont retrouvées sur les plages les plus proches. Vingt jours après l'accident, la résolution du problème semble encore hors de portée. Devant les interrogations soulevées par la situation, nous avons invité Émilien Pelletier, chercheur en océanographie et directeur de la Chaire de recherche du Canada en écotoxicologie moléculaire en milieux côtiers à l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER).

Au fil des années, les travaux de son équipe ont notamment porté sur le traitement des nappes de pétrole en mer et la bioremédiation des sols et sédiments, contaminés par les résidus pétroliers et les rejets industriels. Ses travaux en cours portent entre autres sur les mécanismes cellulaires et moléculaires qui expliquent la toxicité des contaminants anthropiques sur les espèces marines des milieux côtiers.

Cliquez ici pour visionner la dernière entrevue d'Émilien Pelletier au Téléjournal de Radio-Canada.

La parole est à vous!