Ayant peu de temps pour écrire cette semaine parce que je donne quatre cours différents en 5 jours, je me contenterai de vous signaler trois atlas du cerveau humain accessibles en ligne. Vous pourrez ainsi suivre votre curiosité pour explorer jusque dans ses moindres racoins l’objet le plus complexe de l’univers connu dont on dispose tous d’un exemplaire entre les deux oreilles. Ce billet risque donc finalement de vous faire passer autant de temps devant votre ordi que d’habitude, sinon plus !

Commençons par The Whole Brain Atlas, de Keith A. Johnson et J. Alex Becker, qui existe depuis un bon moment déjà. Sous la première rubrique « Normal Brain » vous avez un premier choix qui se nomme Normal Anatomy in 3-D with MRI/PET (Javascript). Déjà vous avez là des heures de plaisir à cliquer sur les petites flèches jaune des coupes transaxiales, sagittales et coronales pour explorer les tranches successives de ces différents plans. On y voit souvent apparaître une flèche qui pointe la structure cérébrale dont le nom est indiqué dans le champ en bas à gauche de l’image. Ou à l’inverse, on peut choisir une structure cérébrale dans ce champ, et en cliquant dessus le meilleur plan où on la voit apparaît avec la flèche qui pointe cette structure.

Il y a aussi, toujours pour le cerveau normal, des pages conçues pour apprendre l’anatomie cérébrale en s’amusant comme le Top 100 Brain Structures ou la page Can you name these brain structures?. Et c’est sans compter les nombreuses autres pages sur les cerveaux qui ne sont pas normaux, c’est-à-dire ayant souffert d’accidents cérébrovasculaires, de tumeurs cérébrales, de maladies dégénératives, inflammatoires, infectieuses, etc.

Dans le même genre vous avez aussi le Brain Atlas de l’Université de Chicago. La légende des symboles et des différents plans de coupe sont sur cette page et on accède à l’atlas en cliquant sur le bouton gris « Start Atlas » tout en bas au centre de la page. Vous aurez alors probablement à cliquer une fois de plus pour accepter que votre navigateur utilise Adobe Flash. Vous arrivez alors sur la page d’accueil de l’atlas mais votre parcours du combattant n’est pas encore tout à fait fini puisque vous devrez appuyer sur le bouton Start en bas à droite pour choisir laquelle des coupes axiale, coronale ou sagittale vous voulez explorer, puis choisir encore entre deux grandes régions du cerveau. Ce n’est qu’alors que vous verrez une liste de coupes aux noms bizarres comme « CO35-COD50 » qui sont cliquables et vous montrent enfin la coupe tant attendue ! Au moins, rendu là, la présentation est soignée et vous pouvez faire apparaître le nom des structures cérébrales visibles une par une en cliquant sur les lignes qui les pointent. Ou alors les faires toutes apparaître ou disparaître.

Et puis on a finalement le Big Brain (qui fait partie du Human Brain Project) mené par un groupe international de chercheurs en neurosciences qui ont tranché, scanné et analysé le cerveau d’une femme de 65 ans, pour créer la carte la plus détaillée de l’intégralité d’un cerveau humain. Contrairement aux deux précédents atlas, il s’agit donc ici de coupes colorées du cerveau post-mortem d’un individu et non d’imagerie par résonnance magnétique (IRM). Ces dernier n’ont une résolution que de 1 mm cube alors que les tranches de 20 µm de Big Brain permettent une résolution 50 fois meilleure.

Comme je le détaille dans mon cours sur la cartographie cérébrale, il a fallu 1000 heures pour imager les 7 400 tranches à l’aide d’un scanner, générant ainsi 1 milliard de milliards d’octets de données pour reconstruire le modèle 3D du cerveau sur un ordinateur. Cet atlas, rendu public en juin 2013, est le fruit du travail de scientifiques du Montreal Neurological Institute et du German orschungszentrum Jülich et fait partie du Human Brain Project. Notez que c’est la roulette de votre souris d’ordinateur qui permet de zoomer in ou out sur chaque coupe.