Publicité
lesdebrouillards_1.jpg

Les débrouillards

Autre action

Actualité

Pourquoi s'inquiéter du pergélisol?

Agence Science-Presse, le 4 janvier 2006, 1h00

(Agence Science-Presse) Le pergélisol va fondre dans la plupart des pays de l'hémisphère Nord, a-t-on annoncé peu avant le Jour de l'An. Et alors? Certes, les maisons qui sont bâties dessusdevront être déplacées, mais en-dehors des coûts économiques et sociaux, vaut-il la peine d'autant s'inquiéter pour la planète?

Eh bien oui. On a coutume de parler des communautés autochtones dont le mode de vie sera bouleversé,
mais on oublie le méthane.

Qu'est-ce que le pergélisol?

C'est un sol gelé en permanence. Même en été, la chaleur ne suffit pas à le faire dégeler. Il est resté ainsi depuis
des milliers, parfois des dizaines de milliers d'années; en gros, depuis la dernière ère glaciaire.

Que contient-il?

En gelant, il a emprisonné avec lui tout ce qu'un sol digne de ce nom contient: des tonnes et des tonnes de micro-organismes. Or, en dégelant, un micro-organisme, ça libère du méthane.

En quoi le méthane est-il un problème?

Le méthane est un gaz à effet de serre 22 fois plus puissant que le CO2. Et on parle ici de 4 millions de kilomètres carrés de sols gelés qui pourraient dégeler d'ici l'an 2100. Si cela était, il en résulterait une accélération du réchauffement bien plus dramatique que celle causée
par "notre" CO2.

Est-on certain que le pergélisol va fondre?

Non. L'étude alarmante parue pendant les Fêtes (dirigée par l'Américain David Lawrence, du Centre national pour la recherche atmosphérique) conclut qu'une augmentation de 2 à 4 degrés Celsius au cours du prochain siècle entraînerait une fonte du sol sur une profondeur de 3,35 mètres. En revanche, des critiques font valoir qu'une telle augmentation de la température n'entraînerait pas automatiquement une telle fonte du pergélisol, en tout cas pas partout, le froid des couches plus profondes du sol permettant de contre-balancer. N'empêche. Le méthane est un facteur qui a jusqu'ici été très peu mesuré, dans tous les calculs de ces futurologues du climat. Un facteur pourtant susceptible de perturber tous les calculs... dans le mauvais sens.