Publicité
lesdebrouillards_1.jpg

Les débrouillards

Autre action

Actualité

Des liens pas si virtuels

Mélody Enguix, le 2 février 2006, 1h00

(Agence Science-Presse) On craint souvent que le développement de la communication par Internet ne nuise aux relations sociales de la " vraie " vie. Une étude vient de montrer le contraire: Internet permet de tisser des liens sociaux et les relations interpersonnelles se transforment plus qu’elles ne se dissolvent sous l’effet de la communication électronique.

Le groupe de recherche américain Pew, qui étudie les rapports entre Internet et société, vient de publier les résultats de deux sondages menés auprès de quelque 2200 Américains de plus de 18 ans entre février et mars 2005 pour tenter de mieux comprendre l’influence d’Internet sur les rapports sociaux: The Strength of Internet Ties

De plus, Internet s’intègre très bien aux autres types de relations interpersonnelles comme les rencontres ou la communication téléphonique. Preuve que la distinction entre " vraie vie " et monde virtuel n’est peut-être pas si fondée qu’elle en a l’air.

Et le bilan est donc plutôt positif. En général, les internautes ont plus de relations que ceux qui n’utilisent pas la toile. Internet permettrait ainsi d’entretenir des liens avec un réseau amical plus étendu –par exemple grâce aux courriels groupés– et plus dispersé géographiquement. Il facilite le contact entre les amis que la distance sépare aussi bien qu'avec ceux qui habitent à côté, ce qui en fait, pour les auteurs, un instrument de la " glocalisation ".

De plus, Internet ne détourne pas du téléphone ou des rencontres de visu, mais il les complète : " Plus les gens se voient ou se parlent au téléphone, plus ils utilisent Internet " explique le rapport, si bien que " contrairement à certaines peurs, les Américains sont sans doute plus en contact avec les membres de leurs communautés […]
qu’avant ".

Cependant, Internet, avec le téléphone
cellulaire, transformerait tout de même les relations
sociales, d’abord en mettant en contact les individus
plutôt que les foyers. Puis en liant les individus
avec des personnes venues d’horizons divers plutôt
qu’avec leur seule communauté : c’est ce que l’un des auteurs, Bary Wellman, appelle l’individualisme en réseau.

Et comme on reconnaît ses vrais amis dans les moments difficiles, c’est quand ils ont besoin
d’aide que les individus font appel à ce réseau diversifié... par courriel, bien sûr !

Face à une situation difficile, comme un changement de travail, un déménagement ou une maladie grave, les internautes ont plus de chances que les autres de recevoir de l’aide de leurs amis. Si bien que pour 29% des Américains –60
millions de personnes
– Internet aurait joué un rôle crucial pour au moins une décision grave à prendre dans les deux dernières années, que ce soit en les mettant en contact avec des gens, en leur permettant d’obtenir des informations ou de comparer différentes options.