SAO PAULO, Brésil - Vous craquez pour la couleur bleutée et le goût aigre-doux du bleuet ? Autre raison de s’en délecter : Il fait du bien à la mémoire.

La chercheuse brésilienne Maria Rosana Ramirez, de l’université fédérale de l’État du Rio Grande do Sul de Porto Alegre, a constaté que ce fruit méconnu au Brésil aide la mémoire à court terme, d’après une étude publiée dans Pharmacological Research.

Par mémoire à court terme, on entend la mémoire qu’on utilise pour retenir des numéros de téléphone, des noms de personnes que nous rencontrons lors de fêtes, bref des informations que nous emmagasinons dans notre cerveau pour une courte période de temps.

Or, nous oublions tous à l'occasion un nom, l'endroit où nous avons déposé nos clés ou l'heure d'un rendez-vous. Et avec le vieillissement, " les gens expérimentent fréquemment un déclin progressif de leurs fonctions cognitives et plus particulièrement la capacité à apprendre de nouveaux éléments ", commente Maria Rosana.

Eh bien la bonne vieille myrtille peut, oui, aider à prévenir ces pertes de mémoire. " L’explication peut être dans la concentration élevée d’anthocyanines " – composantes du groupe des flavanoïdes qui ont déjà été associées aux gains de la vision et à la protection antitumeur.

Les anthocyanines sont caractérisées par leurs propriétés antioxydantes, c’est-à-dire des substances qui œuvrent contre l'oxydation de nos cellules. Elles réduiraient donc le risque de développer des maladies cardiaques, le cancer ou autres maladies reliées au vieillissement. On retrouve également des anthocyanines dans les mûres, fraises, raisins, cassis, groseilles et autres baies, en plus des haricots.

Nos résultats confirment les études précédentes affirmant que les substances phytochimiques (flavanoïdes et autres agents protecteurs) pourraient être bénéfiques pour la prévention de pertes cognitives et motrices reliées à l’âge. "