Si vous êtes timide à en mourir, surveillez votre cœur ! Une étude menée par une équipe américaine indique que des hommes timides ou asociaux ont une probabilité 50 % plus grande de mourir d’une maladie vasculaire comparativement à des hommes extravertis.

Les chercheurs de l’Université Northwestern à Chicago ont suivi, pendant une trentaine d’années, plus de 2 000 hommes âgés de 40 à 55 ans jusqu’à leur mort. Ils ont ainsi pu établir une relation entre les types de personnalité et les décès dus à des problèmes vasculaires en croisant les informations obtenues lors des autopsies et provenant de questionnaires remplis par les sujets.

Publiée dans la revue Annals of Epidemiology, la recherche fait écho à d’autres travaux soutenant qu’il y a un rapport important entre la personnalité et la santé. En effet, des recherches précédant cette étude démontrent que des enfants et des adultes timides présentaient des réponses physiologiques face à des situations inhabituelles : une hausse de la pression sanguine et des niveaux d’hormones liées au stress ou même des arrêts cardiaques.

Selon les chercheurs américains, la réponse est dans la manière de réagir à des nouvelles situations. Les hommes timides subissent un plus grand stress face à l’imprévu, peut-être en raison du fait que leur type de personnalité est déterminé par une zone du cerveau responsable pour un fonctionnement plus stable du cœur.

À la suite de la publication de cet article scientifique, l’épidémiologiste Eric Brunner, de l’University College de Londres, a affirmé à la presse que des études semblables, menées par ses collègues et lui-même, indiquent une corrélation entre la santé et le statut social. Pour Brunner, le sentiment d’infériorité sociale — qui peut être caché derrière la timidité — pourrait même compromettre le fonctionnement des hormones.

Mais ce n’est pas une raison pour gêner encore plus les timides en leur disant que s’ils ne se laissent pas aller… ils vont avoir un infarctus, rappelle Eric Brunner. Jarett Berry et Philip Greenland, les scientifiques ayant étudié le lien entre timidité et maladies du coeur depuis 1957, donnent une piste aux introvertis : plusieurs recherches attestent que certaines relations sociales (comme les amitiés et le mariage) peuvent avoir un effet de protection contre plusieurs problèmes de santé, y compris les maladies du coeur.