Agence Science-Presse) - La cuisine italienne, un palliatif au cannabis? L’origan ne le remplacera pas comme drogue, mais il pourrait s’y substituer dans les hôpitaux. Des chercheurs allemands et américains ont trouvé dans l’origan un composé connu du cannabis; un anti-inflammatoire potentiel pour le traitement de l’athérosclérose et de l’ostéoporose.

Le bêta-caryophyllène est commun au cannabis et à l’origan, mais aussi à la cannelle, au poivre noir et aux feuilles de cari. L’équipe d’Andreas Zimmer a découvert qu‘il possède des propriétés anti-inflammatoires comparables au cannabis, mais sans effets psychoactifs.

Depuis 2005, l’extrait de cannabis Sativex est utilisé au Canada dans le traitement de la douleur dans la sclérose multiple, mais son utilisation demeure controversée. C’est que les cannabinoïdes (dont le plus connu est le THC) présents dans la plante ne diminuent pas seulement l’inflammation. Elles bloquent l’action de deux protéines de notre corps : CB1 et CB2. L’effet sur CB2 atténue la douleur, mais bloquer CB1 cause les effets psychotropes du cannabis. Si les utilisateurs de drogue recherchent ce dernier, les médecins tâchent de l’éviter...

Le bêta-caryophyllène, principal cannabinoïde de l’origan, n’agit lui que sur CB2. On garde l’effet anti-inflammatoire, mais sans le « buzz » du cannabis. Les bénéfices de cette molécule dépassent l’éprouvette; ils sont déjà confirmés chez la souris. Reste maintenant à les vérifier chez l’humain. Une diète bien planifiée pourrait même fournir des quantités suffisantes de bêta-caryophyllène pour éviter, chez certains, l’utilisation d’extraits de plantes ou de médicaments antidouleur.