Autre action

Actualité

Guiyu, champion mondial de la toxicité

Mariève Paradis, le 20 août 2008, 17h00

(Agence Science-Presse) À peine arrivée à Guiyu, municipalité du sud de la Chine, je sens le poison. Dans ce village de 200 000 habitants, l’air tropical du sud ne berce pas. Il frappe. Partout autour de moi, des débris jonchent le sol. Avec des noms connus : Epson, HP, Dell, Microsoft, Nokia...

Guiyu, champion mondial de la toxicité
Cliquer sur la photo pour agrandir
Guiyu, champion mondial de la toxicité

Je suis au milieu d’un village chinois enseveli sous les déchets électroniques, des déchets de chez nous... Selon la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, un produit toxique a le potentiel d’affecter la santé lorsque sa présence est suffisante dans l’environnement pour causer des effets. Par cette définition, les déchets électroniques ne sont pas considérés comme toxiques. Le Canada exporte des conteneurs remplis d’ordinateurs et de téléphones cellulaires désuets en toute légalité. D’ici 2010, les foyers et les entreprises du Canada auront produit plus de 400 000 tonnes de ces déchets.

Respirer à s’empoisonner

Les toxicologues s’intéressent aux records mondiaux de Guiyu, devenu un laboratoire à ciel ouvert. Les cours à l’école du village doivent parfois être suspendus, quand l’odeur devient insupportable.

Selon la revue Environmental Science and Technology, le taux de plomb et de cuivre sur les routes autour de Guiyu atteint un sommet : 300 fois plus élevé que le site contrôle à 8 km du village. L’air rend malade, ça ne fait aucun doute. Deux heures après notre arrivée, mon interprète et moi souffrons d’une sévère migraine et de nausées.

Un peu étourdie, je rencontre Wei Peng, un fils de pêcheur de 18 ans. Depuis deux ans, son entreprise recycle des produits électroniques. Il travaille entre huit et dix heures par jour, sept jours par semaine.

Sans protection et chaussés de sandales, Wei Peng et ses trois employés séparent les matériaux : cuivre, aluminium, composantes plastiques, circuits électroniques imprimés. Lorsque Wei Peng ne connaît pas le plastique, il le brûle et sent les vapeurs qui s’en dégagent pour reconnaître les composantes. « Lorsque ça fait longtemps qu’on fait ce métier, on n’a plus besoin de brûler les matériaux pour les reconnaître. Mais tous les travailleurs doivent au départ apprendre à détecter l’odeur des plastiques brûlés. » Wei Peng sait que cette pratique lui vaudra des problèmes de santé à long terme. Mais selon lui, c’est mieux de mourir en travaillant que de mourir de faim...

La majorité des familles de Guiyu travaillent dans le recyclage de l’électronique. Nos appareils contiennent des produits chimiques retardant la propagation des flammes. Or, une étude de l’Académie chinoise des Sciences de Guangzhou et de l’Université Lancaster en Angleterre révèle que ces produits chimiques, les éthers diphényliques polybromés (EDPB), se retrouvent dans le sang des habitants de Guiyu, à un taux jusqu’à 200 fois plus élevé que dans le sang des travailleurs industriels. Ces produits ignifuges n’existent pas à l’état naturel, mais se retrouvent dans de nombreux produits de consommation, dont les boîtiers d'ordinateurs et de téléviseurs.

Chauffés, les EDPB se transforment en dioxines. Elles sont présentes à Guiyu à des niveaux jamais retrouvés dans l’air ambiant à travers le monde, conclut une étude publiée en août 2007 dans le magazine Environnemental Science & Technology. Les mêmes dioxines qui ont empoisonné Viktor Iouchtchenko, président ukrainien, lors de la Révolution Orange en 2004. Il a été malade, hospitalisé, et est à risque de cancer.

Manger à en mourir

Je me promène à Guiyu depuis quelques heures. Les maux de tête et de ventre me font souffrir. Manger un peu me ferait peut-être du bien? Près de l’abri de Wei Peng, une dame vend des oranges, couvertes d’une poussière grise et opaque... Les habitants de Guiyu s’en régalent. Dans les champs, où l’on brûle les parties inutiles qui dégagent une épaisse fumée noire, on cultive aussi les aliments.

Une étude publiée dans la revue Chemosphere en avril 2008 révèle que le riz dépasse les normes de toxicité internationales. Rien qu’avec cet aliment, les habitants ingèrent leur consommation maximale quotidienne de plomb recommandée par l’Organisation mondiale de la santé. Pour le mercure et l’arsenic, la norme maximum n’est pas atteinte chaque jour, mais ces métaux lourds s’accumulent dans l’organisme.

L’eau de la mort...

Je longe une rivière, presque à sec. Des amoncellements de plastique ornent les rives de Liangjiang, la rivière d’eau noire qui coule au village. Wei Peng, poli et heureux d’accueillir une étrangère dans sa demeure, m’offre du thé. Et si l’eau provenait de la rivière? Du bout des lèvres, mon interprète et moi acceptons par politesse le thé de Wei Peng.

Des analyses faites par Greenpeace en 2001 autour de Guiyu révèlent que des substances chimiques toxiques comme le mercure, le plomb et les dioxines se retrouvent aussi dans l’eau de la rivière, noircie par les activités de recyclage.

Plusieurs villageois ignorent que l’eau est impropre à la consommation. Ils croient simplement qu’en la faisant bouillir, elle pourra être consommée sans danger.

Conséquences déjà visibles

Depuis quelques années, des problèmes de santé commencent à se manifester dans la communauté : problèmes respiratoires, saignements de nez et maux de tête fréquents; certains développent de l’anémie et même la leucémie.

« Plus de 80 % des enfants dépassent la concentration de plomb maximale selon l’Organisation mondiale de la santé », explique Yun Lai, coordonnateur de la campagne Anti-Toxicité pour Greenpeace Chine, en citant une recherche du collège médical de l’Université de Shantou.

Sachant l’impact des déchets électroniques sur la santé, plusieurs lois chinoises interdisent l’importation de déchets dangereux. Par contre, les autorités locales semblent ignorer cette industrie du recyclage, car elle permet à des villages entiers de s’enrichir et fait rouler l’économie. Depuis que Greenpeace et d’autres organisations tentent de sensibiliser le gouvernement chinois, c’est la loi du silence. Les travailleurs ne veulent pas perdre leurs revenus.

L’exportation de produits électroniques continuera vers les pays émergents. La corruption des gouvernements locaux permet ce genre de commerce. En Chine, il suffirait de coller un billet de 100 $ américain à l’intérieur du conteneur pour que celui-ci soit accepté dans le port même si les lois chinoises empêchent l'importation de tels produits.