Sur les 3,6 millions de cyclistes québécois, seulement 70 000 bravent l’hiver chaque année. Le spinning est donc une activité qui gagne à être connue de ceux qui veulent garder la forme, sans se geler le bout du nez. Sur un vélo stationnaire, les participants suivent la cadence endiablée de l’entraîneur. En une séance, ils peuvent brûler jusqu’à 800 calories! Et avec les récents progrès de la science et de la technologie, on sait comment vous faire suer, pour atteindre les résultats escomptés!

Si à l’origine, cet entraînement était réservé à l’élite cycliste, aujourd’hui des gens de tous les niveaux se sentent interpellés. « On est arrivé à démontrer que c’est la qualité de l’entraînement qui devait prévaloir sur le volume d’exercices à faire », explique Guy Thibault, conseiller en recherche à la Direction du sport et de l'activité physique du Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport.

De plus, le sportif amateur peut désormais compter sur une panoplie de données sur sa forme physique: il peut visualiser ses progrès, sous forme de statistiques, de graphiques et de tableaux. Et attention, on ne parle plus uniquement du nombre de battements cardiaques! On peut connaître son VO2max, son niveau de lactate, son taux de globules blancs, son niveau de fer... des données que le cycliste ne pourrait pas recueillir avec autant de précision à l’extérieur. Sur un vélo stationnaire, quand le chrono est parti, rien ne peut interrompre la séance!

Ces entraînements permettent également de prévenir les blessures et les excès de fatigue causés par un surentraînement. Avec la méthode dite « par intervalles », on ne s’entraîne pas pendant 45 minutes à pleine capacité, cinq jours de suite! On apprend à doser son énergie et à insérer des périodes de repos. En travaillant mieux — et non pas nécessairement en travaillant plus —, les résultats se pointent peu à peu. Quand l’athlète peut constater ses progrès au fil des semaines, il est bien plus probable qu’il demeure motivé et qu’il enfile les séances jusqu’aux premiers jours du printemps.

Technologies dernier cri Le spinning s’accompagne de technologies qui lui sont propres, aujourd’hui plus près de l’informatique que de la mécanique! Par exemple, l’appareil d’entraînement CompuTrainer permet de connaître à la fois la cadence (RPM soit le nombre de tours par minute), la puissance de pédalage (en watts), la fréquence cardiaque et l’efficacité du coup de pédale. Sur la roue arrière du vélo, on installe une unité de résistance capable de faire varier la tension en fonction d’un entraînement préprogrammé ou d’un parcours fourni avec le logiciel. Le cycliste doit alors déployer une force variable pour maintenir sa cadence.

L’athlète peut même rouler avec huit autres coureurs sur des parcours virtuels de déserts, de montagnes, de montées et de descentes… sur écran géant! De l’avis de Ian Hughes, entraîneur de l’Équipe du Québec de vélo de montagne à la Fédération des Sports Cyclistes à Bromont, l’aspect ludique de ces appareils n’enraye en rien la difficulté des entraînements: « ça ne fait que les rendre moins répétitifs et plus divertissants… même à 180 battements cardiaques par minute! ».

Mon entraîneur est un logiciel Pour aider l’athlète à voir clair à travers tous ces chiffres, il est recommandé de faire appel aux services d’un entraîneur. Les technologies ont tant progressé que cet entraîneur peut désormais être... virtuel! Il suffit à l’athlète d’envoyer par courriel ses enregistrements de fréquence cardiaque, de VO2max, et autres données. L’entraîneur pourra ensuite les analyser et lui envoyer un programme d’entraînement adapté à ses capacités. L’entraîneur d’aujourd’hui n’a plus à être physiquement auprès de son poulain pour le suivre pas à pas… ou plutôt, coup de pédale par coup de pédale!

Pour en savoir plus: Fédération Québécoise des Sports Cycliste Peak – Centre de haute performance Montréal

Le petit lexique du sportif sérieux La capacité aérobique maximale (VO2max): La VO2max est le débit maximum possible d’oxygène consommé lors d’un effort. Pour être comparable d’un individu à un autre, il est exprimé en millimètres d’oxygène par minute et par kilogramme — ou masse corporelle (ml/mn/kg). Lors d’un effort de longue durée, plus un individu a un VO2max élevé, plus il peut maintenir un pourcentage élevé de VO2max.

Le taux d’acide lactique (lactate): Pour le mesurer, on pique le bout du doigt de l’individu pour recueillir une goutte de sang. Quand le niveau est trop élevé, ceci signifie que l’athlète s’est trop entraîné par rapport à sa capacité réelle.

Le taux de globules blancs: Il est mesuré afin de contrôler le surentraînement. Un sportif qui ne respecte pas ses limites peut voir son système immunitaire s’affaiblir. Le taux de globules blancs en est un bon indicateur. L’athlète attrape tous les virus et bactéries qui se retrouvent sur son passage? Il y a à parier que son taux de globules blancs est à surveiller.

Le niveau de fer dans le sang: C’est un indice important de la capacité de l’athlète à oxygéner son sang et ses muscles; ceci indique aussi le niveau de ses réserves d’énergie.