Alors que certains enragent face à la moindre contrariété, d’autres conservent leur sang-froid dans toutes les situations. Une question de maîtrise de soi? Oui, mais aussi… de gènes. C’est ce que viennent de montrer des chercheurs allemands en s’intéressant au gène DARPP-32, qui régule la libération de dopamine, une substance jouant un rôle dans l’agressivité.

Alors que le gène DARPP-32 existe en trois versions, deux d’entre elles, les versions appelées TT et TC, sont clairement associées à un comportement colérique. À l’inverse, les personnes porteuses de la version « CC » sont beaucoup plus calmes, selon cette étude publiée dans le journal Behavioural Brain Research. Et ce n’est pas tout : les coléreux ont moins de matière grise dans l’amygdale, une zone du cerveau permettant de réguler les émotions.

Mais que l’on ne se méprenne pas! Porter la version CC n’est pas forcément un avantage. Selon les chercheurs, savoir exprimer sa colère (dans des proportions raisonnables) permettrait de mieux s’imposer dans la hiérarchie sociale. D’ailleurs, les versions TT et TC du gène sont beaucoup plus répandues que la version « calme », preuve qu’elles confèrent un avantage évolutif.

Attention toutefois à ne pas piquer des colères trop souvent. Plusieurs études ont montré que la colère et le stress augmentaient clairement le risque de crise cardiaque.