Publicité
lesdebrouillards_1.jpg

Les débrouillards

Autre action

Actualité

Grosse planète, planète d'eau?

Agence Science-Presse, le 17 décembre 2009, 12h00

(Agence Science-Presse) Les astronomes ont la définition d’une « Terre » plutôt élastique. La dernière en lice des planètes détectées autour d’une étoile autre que notre Soleil est appelée « Super-Terre »... bien qu’elle fasse 6 fois et demi la masse de notre planète. Mais à leur défense, cette planète pourrait être pleine d’eau.

Grosse planète, planète d'eau?
Cliquer sur la photo pour agrandir
Grosse planète, planète d'eau?

Comment détecter?
On ne prend pas en photo une « exoplanète » : elle est si près de son étoile que celle-ci nous aveugle. On la détecte par des méthodes indirectes. La première est la gravité : en tournant autour, une planète attire son étoile. Si on observe assez longtemps l'étoile, on finit donc par détecter d’infimes « tremblements » qui, s’ils se révèlent parfaitement réguliers, sont le signe attendu.
La deuxième méthode est la brillance : si la planète passe exactement entre l’étoile et nous, la luminosité de l’étoile diminue. Une diminution infime, mais qui a trahi GJ 1214b aux yeux des astronomes de 4 pays (USA, Suisse, France, Danemark) qui analysent les données des 16 télescopes de l’Observatoire FL Whipple, en Arizona.

C’est en tout cas « la meilleure candidate » jusqu’ici pour une planète remplie d’eau, disent les chercheurs de quatre pays impliqués dans cette découverte. En parlant de meilleure candidate, ils font référence aux quelque 350 autres planètes détectées autour d’autres étoiles, depuis 14 ans que se poursuit cette « chasse aux planètes ».

Lorsqu’avait commencé cette chasse, les planètes détectées —on parle de « détection », parce que pratiquement aucune n’a pu être prise en photo jusqu’ici— étaient essentiellement des géantes, plusieurs fois plus grosses que notre propre planète géante, Jupiter. Au cours des dernières années, les progrès technologiques ont conduit les astronomes à découvrir des planètes de plus en plus petites, et le jour n’est sans doute pas loin où ils en détecteront une qui soit d’une taille similaire à la Terre.

D’où l’importance de l’eau, parce que là où il y a de l’eau sous forme liquide, il pourrait, en théorie, y avoir de la vie.

Mais y a-t-il vraiment de l’eau sur cette « exoplanète »? Pour l’instant, l’eau n’existe que... dans les chiffres de ces astronomes : la planète fait deux fois et demi le diamètre de la Terre et six fois et demi sa masse, elle tourne beaucoup plus près de son étoile (en une journée et demi, contre nos 365 jours!) mais c’est une étoile naine, donc beaucoup plus petite que notre Soleil, donc beaucoup moins chaude. C’est sur la base de ces paramètres que ces astronomes suggèrent dans l'édition du 17 décembre de la revue Nature que GJ 1214b —c’est son nom— est faite en bonne partie d’eau liquide.

Mais, ajoutent-ils aussitôt, elle pourrait aussi avoir un petit noyau rocheux, ce qui fausserait les calculs. Et elle aurait fait beaucoup moins parler d’elle dans les médias si on avait commencé par ce détail...