Ces dernières années, on a parlé de plus en plus de la crise des changements climatiques, mais derrière cette crise s'en dessine une autre, celle de l'extinction des espèces. C'est la raison pour laquelle l'Organisation des Nations Unies a décrété que 2010 était l'Année internationale de la biodiversité. C'est le sujet de notre émission de cette semaine.

Pascal Lapointe s'entretient avec Ahmed Djoghlaf, secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique de l'ONU et Josée Nadia Drouin parle avec Lucie Sauvé, de la Chaire sur l'éducation relative à l'environnement de l'UQAM, qui prononcera une conférence dans le cadre de L'Arche, spectacle qui ouvre, le 21 janvier, les activités de l'Année de la biodiversité à Montréal. Écoutez l'entrevue avec Mme Sauvé ici.

Notre journaliste Valérie Ouellet s'entretient également avec Jean-Pierre Revéret, de l'UQAM, qui se penche depuis plusieurs années sur une facette méconnue de la lutte pour protéger les espèces: peut-on mettre une valeur monétaire sur les écosystèmes? Écoutez l'entrevue avec M Revéret ici.

Également dans l'actualité cette semaine: à Londres, un débat Je vote pour la science (ou presque!) entre le ministre de la Science et ses vis-à-vis des deux autres partis politiques; la recherche canadienne sur le climat au bord du gouffre, selon les médias; et un sondage Léger Marketing révèle que les Québécois se sentent plus interpellés par le climat que les autres Canadiens.

Écoutez l'émission complète ici.