Même s'il en a toutes les apparences, Ruppy n'est pas un petit beagle comme les autres. Éteignez la lumière, pointez sur lui une lampe à ultraviolets, et il luira d'un rouge assez curieux!

Fantaisie de scientifique? Loin de là, répond Byeong-Chun Lee. Le chiot transgénique pourrait avoir des applications pour traiter la maladie d'Alzheimer ou d'autres maladies humaines, explique le professeur au collège vétérinaire de médecine, à l'Université nationale de Séoul, en Corée du Sud. « Nous avons introduit le gène d'une anémone de mer dans le code génétique du chien pour le faire luire dans le noir. » Le but était de démontrer la faisabilité de créer ces chiots transgéniques. Il s'agit de la première étape avant d'introduire d'autres gènes étrangers chez ces chiens. À terme, les scientifiques veulent implanter des gènes humains aux chiens, en raison de leur similitude avec l'être humain. « Dans le futur, nous pourrons introduire des gènes défectueux, comme celui responsable de la maladie d'Alzheimer, et trouver plus rapidement des traitements », espère le docteur Lee.