(Los Angeles) – Dans le bruit assourdissant de la foire de l’électronique et du divertissement, entre les monstres sacrés que sont Nintendo et Sony, les jeux sérieux – combinant le jeu et un sujet sérieux comme la santé — tentent d’attirer l’attention de l’industrie.

Présentes pour la première fois à cette grande foire où convergent tous les aficionados du jeu vidéo, les organisations Games For Health et Serious Games Initiative ont voulu démontrer que ces jeux peuvent aussi, s’ils sont bien adaptés, constituer de nouveaux outils pour améliorer la santé des utilisateurs.

Benjamin Sawyer, fondateur de Games for Health, mentionne en exemple les résultats concluants de l’utilisation de jeux électroniques dans la réadaptation physique de patients. « Une personne en réadaptation physique voit un physiothérapeute pendant quelques mois, mais entre les séances et après la réadaptation intensive, il reste du travail à faire que le jeu vidéo peut certainement arriver à combler. » Par exemple, en insérant un gant électronique, le patient souffrant d’une tendinite effectue des exercices précis établis en niveaux qui permettront une guérison plus rapide et plus stable de l’inflammation. Le jeu passe alors à un niveau de réadaptation supérieur!

L’Université de la Californie du Sud y présentait aussi en grandes pompes son dernier jeu permettant d’assister des patients atteints de maladies respiratoires graves comme la fibrose kystique. Muni d’un masque ressemblant à celui d’un pilote de F-18, le joueur tente de battre son record de poussée d’air expirée des poumons, le tout avec un tableau récapitulatif et des objectifs à atteindre. Encore une fois, le joueur peut s’amuser à améliorer ses performances.

La dimension psychologique d’un jeu électronique permet aussi aux patients de surmonter leurs peurs. « Certains grands brûlés restent angoissés à l’idée de retourner à la cuisine. Grâce à la simulation, un jeu vidéo permet de faire un pas de plus vers la cuisine », explique Benjamin Sawyer.

Mais pour s’assurer du succès d’un jeu dans la mise en place d’un programme de réadaptation, il faut aussi étudier les mécanismes du divertissement derrière le jeu vidéo et le décortiquer pour en comprendre les fondements. Bien que le processus de réflexion soit enclenché, il reste beaucoup à apprendre pour permettre à ces jeux de faire une percée dans les hôpitaux.