La blogosphère scientifique vit ces temps-ci une grave crise idéologique. Pour financer ses activités, la communauté ScienceBlogs a offert un espace de discussion spécialisé sur la nutrition à PepsiCo. Vous avez bien lu, la nutrition. La fureur des blogueurs a été immédiate : des têtes d'affiche ont démissionné, d'autres publient des envolées vitrioliques. Survol d'une polémique en ébullition.

Début juillet, la compagnie Seed Media Group (SMG), propriétaire du plus important régiment de blogueurs scientifiques au monde, faisait une proposition indécente à PepsiCo. En échange d'un espace publicitaire payant, Scienceblogs autorise des employés de PepsiCo à traiter de la science de la nutrition sur ses propres produits.

Le fondateur de SMG et premier dirigeant, Adam Bly, justifie sa décision dans une lettre confidentielle coulée dans le quotidien britannique The Guardian. « Nous le reconnaissons — les employés de PepsiCo les premiers — que la compagnie ait fait fortune dans la vente de boissons gazeuses et de croustilles. Pour Pepsi, la prospérité dans les années à venir doit se saisir des enjeux réels que sont l'obésité et la malnutrition dans le monde. »

La nouvelle entente commerciale passait difficilement dans la gorge des collaborateurs. La justification des patrons les a fait disjoncter. Les blogueurs vedettes comme PZ Myers, Rebecca Skloot, GrrlScientist et Coturnix ont ridiculisé la position de leur employeur. Ils ont répliqué sur leurs blogues par une salve bien sentie. À leurs yeux, cette collaboration vient salir la crédibilité et l'indépendance éditoriale de ScienceBlogs. Une réputation chèrement acquise depuis 2006, à coup de textes qui souscrivent aux règles d'or de la méthodologie scientifique : rigueur et validation des faits, font-ils savoir. Nous sommes tous associés maintenant à ce conflit entre les intérêts commerciaux et l'opinion scientifique. « Honte à vous, ScienceBlogs », écrivait même Craig Holman.

Après les justifications, l'équipe éditoriale de ScienceBlogs a publié ses excuses, 36 heures plus tard. « Nous avons coupé tout lien avec PepsiCo. Nous nous excusons d'avoir ébranlé votre immense confiance à notre endroit. » Mais on sent quand même l'insistance de ScienceBlogs à justifier sa position initiale. Comment alors peut-on donner plus de pouvoir aux scientifiques pour les encourager à amener des changements au sein de leurs entreprises? Nous ouvrons le débat à tous pour répondre ensemble à cette question, signe Adam Bly.

La tempête baptisée Pepsigate semble circonscrite dans la communauté anglophone des États-Unis, à la limite celle de l'Angleterre. Peu ou pas de traces de révolte ou de volée de bois vert glanées sur les blogues scientifiques québécois. Encore moins dans l'univers des blogues généralistes. Mais la vigilance reste de mise. Les blogues, jusqu'ici considérés comme l'accès le plus direct avec l'information de première main, doivent solidifier leurs remparts contre les intérêts commerciaux. Au nom de l'intérêt du public. Surtout des intérêts scientifiques.