Des journalistes canadiens disent que les scientifiques du gouvernement canadien sont muselés. Air connu?

Cette fois-ci, ce sont les journaux de l’ancien groupe Canwest, dont l’Ottawa Citizen, qui ont ressorti un nouveau cas, le 12 septembre. Au ministère canadien des Ressources naturelles, les fonctionnaires ont exigé de contrôler ce qu’un de leurs scientifiques aurait le droit de dire à des journalistes à propos d’inondations... survenues il y a 12 000 ans. Une journaliste d’Ottawa a obtenu, par la loi d’accès à l’information, des documents qui en apprennent un peu plus sur les politiques de communication avec les médias, entrées en vigueur en mars dernier.

Ce n’est pourtant pas du gouvernement Harper que datent les premières plaintes à ce sujet. Bien des vétérans du journalisme font état depuis au moins 10 ans, de difficultés croissantes pour parler à des scientifiques travaillant aux ministères de la Santé ou de l’Environnement. Question jamais résolue : jusqu’où peut aller la liberté de parole d’un scientifique, quand il travaille pour le gouvernement?