Ah Noël! Un moment idéal pour l’amour, la joie et les bons repas en famille… en théorie! Car en pratique, le temps des Fêtes comprend aussi sont lot d’accidents insolites!

« La plupart des accidents sont trop rares pour représenter une tendance significative, mais certains cas sortent de l’ordinaire », concède Louis Charbonneau, urgentiste au Centre hospitalier Universitaire de Montréal.

Voici quelques exemples de ce qui pourrait vous arriver… si vous n’êtes pas sages!

• Se blesser le dos : vos vertèbres sont mises à rude épreuve, car il faut porter les emplettes, les cartons de décoration, le sapin de Noël et les cadeaux!

• (Se) brûler avec le sapin : on compte, chaque année aux États-Unis, près de 250 feux de sapins de Noël, dont 14 sont mortels, causés par des installations trop près des plinthes de chauffage ou par des guirlandes défectueuses. Santé Canada a ordonné ce mois-ci deux rappels de guirlandes qui présentent « un risque de choc électrique et d'incendie ».

• Se couper : « beaucoup de blessures se produisent en lavant des verres à vin, la plupart du temps, par des gens peu habitués à faire la vaisselle… bref des hommes! », affirme le médecin. Couper le gigot et ouvrir des huîtres sont d’autres opérations tout aussi périlleuses.

• Se faire un œil au beurre noir ou subir un décollement de la rétine : en se prenant un bouchon de champagne ou le poing du beau-frère dans la face. « Des choses qui arrivent quand on règle les querelles de famille lors du souper de Noël. »

• Tomber d’une échelle : « il y en a toujours quelques-uns chaque année qui se fracturent les jambes ou les membres supérieurs en installant des lumières ».

• S’étouffer en mangeant : « les gens mangent trop et ne s’en rendent pas compte quand ils sont en état d’ébriété. »

• Subir une intoxication alimentaire : en ingurgitant un eggnog périmé ou en dégustant une dinde ou une bûche avariées. Au menu : crampes abdominales, nausées, vomissements, diarrhée et fièvre.

• Faire de l’urticaire : par réaction allergique aux épines de sapin ou au nouveau parfum qu’on vous a offert.

• Faire une psychose religieuse : « certaines personnes ont plus particulièrement des délires à Noël. Elles croient être Jésus ou entrer en communication avec lui. »