Appelons ça la fourmi kamikaze. Lorsque sa colonie est attaquée par d’autres fourmis, elle s’agrippe à son ennemie et... explose.

Ce faisant, cette fourmi, que l’on n’a observée qu’en Asie du Sud-est, relâche une substance collante qui tue aussi l’adversaire.

Autrement dit, la fourmi se suicide, afin de sauver sa colonie.

Le comportement était connu depuis longtemps, mais ce n’est que cette année que des biologistes ont identifié le processus par lequel la fourmi (Camponotus cylindricus) emmagasine cette substance mortelle dans son corps, puis fait exploser son abdomen lorsque l’ennemi est à sa portée.