Publicité
lesdebrouillards_1.jpg

Les débrouillards

Autre action

Actualité

La science ludique

Isabelle Burgun, le 19 décembre 2011, 15h29

(Agence Science-Presse) Si le Père Noël vous apporte la tablette de vos rêves ou un téléphone intelligent, n’hésitez pas à reluquer du côté des jeux de science en ligne. Plusieurs sont facilement accessibles, dont quelques-uns conçus au Québec.

© Kotist | Dreamstime.com
Cliquer sur la photo pour agrandir
© Kotist | Dreamstime.com

Pour en savoir plus:

- Ludisme.com, site de recherche sur la communication et les médias virtuels.

- Site canadien des «Serious Game».

Abstraction scientifique

Jeu d’aventure atmosphérique dans un monde abstrait, rempli de sons analogiques et de formes primaires, FRACT a remporté le premier prix étudiant de la précédente édition du Independent Games Festival.

Le Québécois Richard Flanagan a réalisé ce fascinant jeu virtuel –un mélange de Myst, de Tron et de casse-tête— dans le cadre de son diplôme en design de jeux à l’Université de Montréal... en seulement quatre mois! «Animation, sons, design, script... j’ai tout fait. Je ne me prétends pas expert en tout –il y a eu différents “bugs” à régler», précise le designer de jeux.

L’objectif du jeu, qui consiste selon l’auteur en une ode à la musique électronique, sonore et visuelle, reste essentiellement ludique, même si son univers géométrique pourrait inspirer les scientifiques ou les artistes de la prochaine génération.

Un petit pas pour la science

Le divertissement virtuel peut servir à l’avancement de la science, comme le prouve Phylo, un jeu en ligne mêlant génétique et casse-tête. Comme au Tetris, le joueur doit aligner rapidement des morceaux colorés d’un puzzle afin d’éliminer les espaces entre les pièces.

Les morceaux consistent ici en de courtes séquences d’ADN. Ces nouvelles combinaisons pourront aider à identifier des régions fonctionnelles importantes sur le génome, donnant ainsi un coup de pouce aux chercheurs en évolution ou préoccupés par les maladies génétiques (hémophilie, maladie de Duchenne, etc.).

Un an seulement après son lancement, ce jeu a généré 350,000 solutions d’alignements de séquences génétiques, grâce à la participation de 17,000 utilisateurs. «Notre objectif vise à doubler le nombre de joueurs et à rendre le jeu encore plus ludique pour intéresser les collégiens», explique Jérome Waldispuhl, professeur adjoint de l’école d’informatique de l’Université McGill et cofondateur de Phylo avec Mathieu Blanchette. Les deux chercheurs songent d’ailleurs à élaborer un pendant de ce jeu pour les brins d’ARNm —acide ribonucléique message – afin de mieux comprendre la régulation de la transcription des informations génétiques.

De la science pour tous les goûts

La plate-forme Science en Jeu, l’environnement ludique et scientifique propulsée par Créo, propose de multiples jeux scientifiques destinés aux jeunes: Genomia, Physica, Rana, Forestia, etc. Véritable univers à découvrir et à expérimenter, cette interface vise à stimuler la curiosité scientifique des élèves du primaire et du secondaire.

Une fois son avatar créé, le jeune mordu peut alors remplir différentes missions scientifiques dans des disciplines diverses, de la foresterie à la génomique. Le site attire près de 35,000 visites par mois.

En compagnie de 17 commanditaires, dont l’École Polytechnique, Science en Jeu a lancé dernièrement un grand concours inter-école —la Chasse aux neurones– une compétition entre petits Québécois qui donne le goût de l’école... enfin, après les congés de Noël!