Le jeu libre est vital pour le développement de l’enfant, selon le psychologue américain Peter Gray. Tous les enfants naissent avec une curiosité innée, une envie de jouer, une sociabilité et un profond désir d’apprendre, écrit-il dans son livre Free to Learn .

Jouer avec les autres enfants, loin des adultes, apprend à l’enfant à s’affirmer, à contrôler ses émotions et ses impulsions, à négocier avec les autres et à se faire des amis. En jouant librement, l’enfant prend ainsi le contrôle de sa vie, soutient le psychologue.

Ce livre souligne les différences entre le jeu structuré et le jeu libre et met l’emphase sur la manière libre de jouer. Selon l’auteur, le déclin du jeu libre serait en partie dû à la disparition des rapports entre voisins et aux craintes grandissantes des parents de laisser leurs enfants sans supervision.

Sont aussi en cause les longues heures passées à la garderie, les nombreuses activités parascolaires supervisées par les adultes, mais surtout l’idée très répandue que l’enfance est un temps pour se développer et que le jeu libre serait donc une perte de temps.

Les enfants jouent aussi de moins en moins dehors, déplore le psychologue. Selon lui, il y aurait une corrélation directe entre le déclin du jeu extérieur et l’augmentation des troubles émotionnels et sociaux chez les jeunes. Bref, autant les parents que les communautés auraient le devoir de promouvoir et de réintroduire le jeu libre dans la vie des enfants.

Cet article a d’abord été publié sur le site Naître et grandir