Il y a 50 ans, une antenne radio expérimentale détectait un mystérieux bruit de fond. Qui allait s’avérer être la première preuve tangible du Big Bang.

Après avoir éliminé les hypothèses les plus plausibles pour ce bruit de fond —incluant de la crotte de pigeon — les physiciens Arno Penzias et Robert Wilson allaient en effet conclure qu’il s’agissait de «l’empreinte» cosmique recherchée depuis 20 ans: si l’Univers était né d’un Big Bang, quelque chose devait en subsister. C’était le «fond diffus cosmologique» (cosmic microwave background) et ça vaudrait à Penzias et Wilson le Nobel en 1978.

Toutefois, il n’en demeure pas moins qu’en 2014, des questions de base demeurent: pourquoi la matière semble-t-elle s’être à peu près également répartie dans l’Univers dès sa prime jeunesse? Qu’est-ce que la matière sombre? Et par-dessus tout: y a-t-il un avant-Big Bang?