Autre action

Actualité

Un monde sans antibiotiques: il l'avait prédit

Agence Science-Presse, le 1 mai 2014, 16h06

(Agence Science-Presse) Les médias scientifiques bourdonnent cette semaine d’une nouvelle inquiétante: l’Organisation mondiale de la santé (OMS) annonce dans un nouveau rapport que l’époque où les antibiotiques auront perdu leur efficacité n’est plus tellement loin. Qui fut le premier à faire cette prédiction?

Titre: Penicillium fungi on agar plate and tubes with antibiotics
Cliquer sur la photo pour agrandir
Titre: Penicillium fungi on agar plate and tubes with antibiotics

Pour compléter:

• Maryn McKenna, «Imagining the Post-Antibiotics Future», Medium.

• «What life must have been before antibiotics started saving us.... is what life might become if we did not have antibiotics any more.»

C’était en effet prévisible: les bactéries, comme n’importe quel être vivant, s’adaptent. Et le fait d’avoir des médecins qui prescrivent des antibiotiques à tort et à travers, ajouté (surtout) aux agriculteurs qui utilisent des antibiotiques dans l’alimentation des animaux, a eu pour conséquence de faciliter considérablement la tâche aux bactéries.

Plus elles sont en contact avec des antibiotiques mal utilisés, et plus on voit apparaître des groupes de bactéries résistants à un, puis, deux, puis trois antibiotiques... Comme l’écrit l’OMS, alors que les antibiotiques furent une des plus importantes percées médicales du 20e siècle, des maladies infectieuses dont on ne se souciait plus, pourraient recommencer à frapper à grande échelle au 21e siècle.

Qui donc avait été le premier à le prédire?

Il n’est pas difficile de créer des microbes résistants à la pénicilline en laboratoire, en les exposant à des concentrations qui ne sont pas suffisantes pour les tuer... Il existe donc un danger, celui que l’homme ignorant puisse facilement s’exposer à des doses insuffisantes et ainsi, expose ses microbes à des quantités du médicament qui ne sont pas mortelles, les rendant ainsi résistants.

C’était Alexander Fleming, découvreur de la pénicilline, dans son discours d’acceptation du Prix Nobel de médecine, en 1945.