Autre action

Actualité

Capsules

Le tabou du nucléaire chez les pro-nucléaires

Agence Science-Presse, le 20 août 2014, 15h49

(Agence Science-Presse) Un employé d’un centre d’études sur le nucléaire aurait été renvoyé en juillet pour avoir critiqué des politiques nucléaires... remontant à la guerre froide.

Selon le Center for Public Integrity, un organisme de Washington voué au journalisme d’enquête, James E. Doyle, 55 ans, un politologue expert en sécurité, était aussi un critique des traités internationaux de non-prolifération nucléaire —soit ces ententes, remontant aux années 1960, visant à limiter la production d’armes atomiques.

L’échec de ces politiques constituait le sujet de son article «Why Éliminate Nuclear Weapons», publié en 2013 dans la revue britannique Survival. Or, selon l’explication laconique obtenue du Laboratoire national de Los Alamos, qui employait Doyle à contrat depuis 17 ans, l’article aurait utilisé des informations classées secrètes.

Los Alamos est le lieu de naissance de la bombe atomique, et l’un des deux laboratoires aux États-Unis où se poursuivent, aujourd’hui encore, des recherches sur la fabrication d’armes atomiques.