Où faut-il couper, en période d’austérité? Qu’est-ce qui est une dépense de l’État légitime? La science, sûrement, mais quelle science? La culture? Les régions? Vaste question, qui divise même les économistes. C’est le sujet de notre discussion de cette semaine.

Si le prétexte pour cette émission était les coupures annoncées en vulgarisation scientifique, puis annulées, au final, on ne parle pas du tout de ces coupures cette semaine. On revient plutôt sur le discours qui, traditionnellement, consiste à dire qu’un produit culturel devrait être soumis aux lois du marché. Par exemple, chaque fois qu’une statistique révèle que trop peu de Québécois sont allés voir pendant l’année des films québécois, un concert de critiques s’élève : est-il légitime de subventionner des films qui attirent si peu de monde?

Depuis une vingtaine d’années, la question se pose de plus en plus en science, dans les mêmes termes : il est désormais dans l’air du temps de pousser les jeunes chercheurs à réfléchir en entrepreneurs, soit une recherche de la rentabilité, des investisseurs, des retombées pratiques.

Notre premier invité, l’économiste Pierre Fortin, n’est pas tendre pour ses collègues qui défendent cette vision. Il défend plutôt l’idée qu’une dépense de l’État en culture n’est pas seulement légitime, mais primordiale: la différence entre une vision à court et à long terme. Notre second invité, Ianik Marcil, est lui aussi économiste, et il rappelle qu’il existe bel et bien des calculs —l’indice du bonheur d’une population, par exemple— s’appliquant à ces dépenses que d’aucuns qualifieraient de «non rentables».

Et notre troisième invité, Frédéric Houle, ajoute une autre dimension à la discussion: le soutien aux régions. La ville de Mont-Laurier a connu le 11 décembre une manifestation contre les coupures qui affecteront sa région, manifestation qui a attiré près d’un millier de personnes : à son échelle, c’est énorme, mais les médias nationaux n’en ont pratiquement pas parlé. Dans le débat actuel sur ce qui doit être préservé, les priorités sont-elles déterminées par les médias nationaux ?

Nos invités :

  • Pierre Fortin, économiste à l’Université du Québec à Montréal
  • Ianik Marcil, écononiste indépendant, chroniqueur et blogueur
  • Frédéric Houle, directeur adjoint du Centre local de développement de Mont-Laurier, dans la MRC Antoine-Labelle

Écoutez l'émission en cliquant sur le lien audio ci-contre, à gauche.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun et Pascal Lapointe. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.