Autre action

Actualité

Le défi des petits musées de science

Je vote pour la science, le 1 mars 2016, 8h18

(Agence Science-Presse) Le Québec est riche d’un réseau de nombreux petits musées de science et de technique. Mais ceux-ci font des miracles avec de modestes ressources, voire pas de ressources du tout...

Le défi des petits musées de science
Cliquer sur la photo pour agrandir
Le défi des petits musées de science

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

L’Observatoire de la culture et des communications publiait un rapport, il y a déjà 5 ans, sur L’État des lieux des institutions muséales et des archives (cahier 8, consacré aux activités et au rayonnement des musées) où l’on pouvait lire :

Le réseau muséal en est un où force et fragilité se côtoient. La plus grande force est celle du nombre –1075 établissement, dont 420 musées– et le grand soutien du bénévolat. Le financement public compte pour 53% des petits musées et donc les deux tiers (67%) ont du personnel non rémunéré… Ces forces pourraient rapidement devenir sources de précarité.

En octobre dernier, la fermeture d’Exploramer, le centre d’interprétation de la mer de Sainte-Anne-des-Monts, a attristé le milieu de la culture scientifique mais aussi de nombreux Québécois qui avaient eu la chance de le visiter.

Manque de financement, manque de soutien gouvernemental, manque de public... Les nombreuses raisons avancées démontrent qu’être un petit musée de science – qui plus est en région – n’est pas une sinécure.

Quel est l’avenir des petits musées scientifiques ? Le Musée de paléontologie et de l’évolution, par exemple, a 20 ans... mais pas de local officiel. Comment se faire connaître lorsqu’on est petit? D’où vient le financement? Qu’est-ce que le concept d’intendance communautaire dont Pierre Valiquette se fait le promoteur?

Comment se pose le défi de l’entreposage et de la conservation lorsque la collection devient imposante et qu’on a peu d’espace parce que peu de moyens? Est-ce plus difficile à Montréal ou en région? Et la place d’Internet dans tout ça?

Nos invités…

  • Mario Cournoyer, le directeur général du Musée de paléontologie et de l’évolution. Il se qualifie de paléontologue autodidacte: il collectionne et étudie les fossiles depuis son enfance. Il est aussi cofondateur de PaléoVision, une entreprise qui vulgarise la paléontologie dans les écoles
  • Pierre Valiquette, président du conseil d’administration du Musée des ondes Emile-Berliner. Architecte-paysagiste avec une expérience dans la planification de la conservation des milieux naturels en territoire urbanisé. Il s'est impliqué dans le projet du Musée des ondes en 2001 pour rendre service à des amis.

Écoutez l’émission en cliquant sur le lien ci-contre (à gauche) ou en vous abonnant sur iTunes.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche: Naïma Hassert. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.