Autre action

Actualité

La préoccupation du paysage

Je vote pour la science, le 8 mars 2016, 14h02

(Agence Science-Presse) Faut-il opposer la préservation des paysages au développement? Comment parvient-on à mesurer les impacts négatifs sur un paysage, et comment trouver une solution qui pourrait rallier les deux parties?

La préoccupation du paysage
Cliquer sur la photo pour agrandir
La préoccupation du paysage

A réécouter

Énergie: où commence l’acceptabilité sociale?

À lire

Gouvernement du Québec, Acceptabilité sociale. Livre vert, février 2016.

La Charte des paysages, par la région des Laurentides, 2004.

Hydro-Québec, Étude du paysage. Synthèse des connaissances 1973-2013.

Ci-dessous - Court métrage: Saint-Adolphe dit non à Hydro-Québec

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

Ce ne sont pas des questions faciles, qu’on aborde cette semaine à l’émission en revenant sur le cas de la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard, dans les Laurentides, et son refus de l’implantation de nouvelles lignes d'Hydro-Québec.

Nous vous avions déjà parlé de cette communauté et nous posions la question : où commence l’acceptabilité sociale? Depuis, le ministre Pierre Arcand a lui-même déposé un livre vert sur l'acceptabilité sociale.

Avec ce dossier, Hydro-Québec n’est pas parvenue à faire la preuve de l’acceptabilité sociale de son projet. Un résident de Saint-Adolphe-d'Howard a d’ailleurs réalisé un documentaire à ce sujet. La petite municipalité des Laurentides a annoncé qu’elle entame des démarches devant la Régie de l'énergie pour contester ce projet.

Hydro-Québec invoque une demande croissante en électricité dans les Basses-Laurentides et la nécessité de consolider son réseau électrique pour aller de l’avant avec son projet d’une ligne de 120 kilovolts sur la cime des montagnes à l’est du village. Cette ligne relierait le poste Grand-Brûlé, au nord, près de Mont-Tremblant, à Saint-Jérôme, à 40 km de Saint-Adolphe.

Or, la préservation du paysage des impacts du développement constitue un enjeu évoqué de part et d’autre, par les citoyens comme par Hydro-Québec.

Comment parvient-on à mesurer ces impacts et à trouver une solution qui pourrait rallier les deux parties ? Qu’est-ce que la Charte des paysages dont s’est dotée la région des Laurentides? Qu’est-ce que l’Étude des paysages réalisée par Hydro-Québec? Quel est cet outil conçu dans les années 1990 par Elaine Genest pour évaluer les impacts sur les paysages?

Le paysage peut représenter une richesse économique avec le tourisme mais aussi avec la volonté de préserver ce patrimoine naturel. Il y a le cas de l’île d’Orléans ou des Îles-de-la-Madeleine, qui ne seraient pas des exemples à suivre... De qui s’inspirer ? L’Europe, et particulièrement la France, seraient en avance sur le Québec en matière de gestion du paysage. Qu’en est-il?

Nos invités:

  • Sarah Perreault, membre du Comité aviseur de la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard et représentante de la municipalité au comité technique régional. Et journaliste scientifique.
  • Élaine Genest, architecte paysagiste. Elle a été directrice de projet de paysage à la Conférence régionale des élus des Laurentides et a ouvert depuis son cabinet d’expert-conseil

Écoutez l’émission en cliquant sur le lien ci-contre (à gauche) ou en vous abonnant sur iTunes.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche: Naïma Hassert. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.