Autre action

Actualité

Capsule

Le moteur de la bactérie

Agence Science-Presse, le 24 mars 2016, 12h06

(Agence Science-Presse) — Saviez-vous que la plus rapide des bactéries parcourt jusqu’à 200 fois sa propre taille par seconde ? C’est comme si vous faisiez le 100 mètres en natation en un quart de seconde. Pas étonnant que les chercheurs étudient depuis longtemps les structures, comme le flagelle, permettant le déplacement des micro-organismes. Et c’est en février dernier qu’une équipe a révélé les premières images 3D de ces « moteurs bactériens ».

 © PNAS / Collège universitaire de Londres.
Cliquer sur la photo pour agrandir
 © PNAS / Collège universitaire de Londres.

Ces moteurs aux allures de rotors se trouvent à la base du flagelle. Le mouvement d’hélice de cet organe, comparable à une queue, permet aux bactéries de se diriger et de parcourir de très longues distances. Différents éléments composent ces rotors biologiques, les vitesses de rotation et de déplacements varient donc entre les différentes espèces de bactéries.

C’est l’utilisation d’une technique de microscopie récente, la cryotomographie électronique, qui a permis d’obtenir ces premiers clichés. En gelant rapidement les bactéries, la méthode permet l’observation sous tous les angles, d’où des images en trois dimensions.

L’étude et ses images diffusées dans la revue PNAS, confirment la localisation de ces structures ainsi que leur grande variété. Responsable de l’équipe, Morgan Beeby commente : « nous avons combiné des analyses génétiques avec des images de cryotomographie électronique pour déterminer que les structures motrices flagellaires produisent différents complexes ».

- Camille Abrard