Depuis que Facebook a mis à pied, le 26 août dernier, les personnes chargées de faire le tri dans les fils de nouvelles, le réseau social monte en épingle — encore plus qu’avant — les légendes urbaines et les fausses informations.

C’est du moins le résultat d’une expérience non scientifique menée par des journalistes du Washington Post : entre le 31 août et le 22 septembre, ils ont repéré cinq histoires devenues virales qui étaient « indéniablement fausses » et trois qui étaient « profondément inexactes ». Les communiqués de presse, disent-ils, de même que les billets promotionnels de sites comme iTunes, auraient également tendance à « monter » plus souvent dans les fils des nouvelles. Et ils n’ont mené leurs observations que pendant les heures de bureau...

Le tout va dans le même sens que ce que d’autres journalistes avaient souligné dès la première fin de semaine suivant la restructuration : l’algorithme de Facebook avait alors fait grimper dans les « tendances » (trending topics) au moins trois histoires fausses, dont deux concernant des vedettes de la télévision américaine. Officiellement, le but de ce remplacement d’employés par un algorithme était de rendre le fil de nouvelles de Facebook plus « neutre », particulièrement en cette saison électorale aux États-Unis.