Les scientifiques déplorent que certaines espèces menacées soient vouées à disparaître faute de financement pour les protéger. Mais peut-on vraiment toutes les protéger ? Depuis quelques années, un groupe d’experts milite pour l’adoption d’un ensemble de critères qui permettrait de « trier » animaux et plantes qui « méritent » d’être préservés.

Chaque année, des montants importants sont d’ores et déjà attitrés à la conservation des espèces. Mais selon une experte comme Leah Gerber, de l’Université d’État de l’Arizona, citée dans le magazine Outside, les sommes déboursées ne sont pas suffisantes pour toutes les protéger. Les conservateurs se voient donc obligés de faire des choix et tous ne sont pas d’accord sur ces choix.

phoque
Le phoque moine hawaïen (Monachus schauinlandi) est en danger d'extinction : il est le dernier de trois espèces / Crédits : USFWS - Pacific Region / Flickr

La Convention sur la diversité biologique des Nations Unies, adoptée par 168 pays, célèbre ses 25 ans cette année. En 2010, les gouvernements s’y sont donné 20 objectifs à atteindre d’ici 2020, sans cependant en prévoir un coût. Des experts de l’Université Cambridge estimaient dans une étude parue en 2012 que 76 milliards $ seraient nécessaires annuellement pour la prochaine décennie afin de protéger les espèces menacées et leur environnement. Si ce montant semble important, ces mêmes chercheurs soutiennent qu’en contrepartie, les « services » que nous fournissent ces espèces représentent entre deux et six billions de dollars.