Un créationniste veut démontrer que le Grand Canyon illustre la Création telle qu’elle est décrite dans la Bible. Les autorités du parc refusent qu’il puisse récolter des roches pour ses « recherches ». Il dépose une plainte pour discrimination religieuse.

Andrew Snelling, qui détient un doctorat en géologie, donne des conférences sur le sujet depuis des années. Il a même organisé des « balades guidées bibliques du Grand Canyon ». Il faut savoir que pour les créationnistes appelés « Jeune Terre » — ceux qui croient que la Terre n’a que quelques milliers d’années — les différentes couches du Grand Canyon ne sont pas des couches géologiques représentant des millions d’années d’évolution, mais des sédiments laissés là après le Déluge, lorsque les eaux se sont retirées.

L’administration des parcs nationaux des États-Unis interdit de récolter sans autorisation des artefacts. Quelque 80 projets de recherche sont autorisés chaque année sur le territoire couvert par le Grand Canyon, allant de l’archéologie à la biologie. Frustré de ne pas avoir obtenu cette autorisation, Snelling a donc déposé une poursuite le 9 mai devant une cour de l’Arizona. Il est soutenu par Alliance Defending Freedom, qui se présente comme un « groupe de défense chrétien ».

Le Grand Canyon semble une telle obsession chez certains créationnistes que l’an dernier, un groupe de « géologues chrétiens », qui adhèrent au fait que la Terre a plus de 4 milliards d’années, ont senti le besoin de publier un livre, The Grand Canyon, Monument to an Ancient Earth, qui réfute l’idée du récit biblique du Déluge et de l’arche de Noé.