Au rythme actuel d’extinction des espèces, on pourrait se retrouver un jour devant la situation étrange où le plus gros mammifère survivant sur Terre serait… la vache.

Si notre amie a en effet un bel avenir devant elle, on ne peut pas en dire autant des grands mammifères, dont l’âge d’or semble appartenir au passé. Une nouvelle estimation des espèces disparues au cours des 10 derniers millions d’années tend à confirmer que les plus grands mammifères ont commencé à disparaître lorsque les Homo sapiens ont mis pied sur leurs continents respectifs.

La biologiste Felisa Smith et son équipe de l’Université du Nouveau-Mexique, ont publié ces résultats le 19 avril dans Science. Leur liste conduit au passage à écarter l’autre facteur souvent pointé du doigt, les variations climatiques : au cours des 125 000 dernières années, le rythme d’extinction des grands mammifères, et en particulier les très grands, ne semble pouvoir s’expliquer que par la présence humaine. Après les mammouths et les mastodontes, plusieurs espèces de chevaux et de chameaux, les prochains sur la liste pourraient donc être les éléphants, les rhinocéros et les girafes.